Été contrarié pour Laurent Wauquiez… Comme Mediacités l’a dernièrement raconté, le Parquet national financier s’est saisi, en août, du cas d’Ange Sitbon, suite aux signalements de la Chambre régionale des comptes (CRC) et de l’association de lutte contre la corruption Anticor. En cause ? La rémunération à 9000 euros nets de cet agent très spécial de la région Auvergne-Rhône-Alpes [(re)lire notre enquête : « Ange Sitbon, la perle secrète de Laurent Wauquiez »], épinglée dans un rapport de la CRC en septembre 2019. Soit beaucoup plus que le montant de l’indemnité maximale autorisée pour un président de région (5640 euros) pour ce simple contractuel nommé à la tête d’un service très politique baptisé « Relation aux élus et aux territoires ».

Mais ce n’est pas tout ! Au-delà du médiatique dossier Sitbon, le signalement d’Anticor dénonce également la nature des postes de plusieurs chargés de mission recrutés par la collectivité. S’appuyant là aussi sur le travail des magistrats de la rue Cambon, l’association écrit que « la région aurait recruté des agents contractuels à des postes correspondant en réalité à des emplois de collaborateurs de cabinet au sein du même service ». Elle dénonce une « manœuvre » destinée à contourner le seuil légal de 20 collaborateurs de cabinet (ils sont aujourd’hui officiellement 19). « Ces postes n’avaient pas été créé par l’exécutif actuel » et « l’ensemble de ces postes ont, depuis ce rapport [celui de la CRC], été intégrés au sein des services de la région », défendait, en août dernier, un collaborateur de Laurent Wauquiez, dans le magazine Capital. Sans pour autant résoudre le problème, comme nous allons le voir…

« Auprès de Laurent Wauquiez »

Qui sont ces mystérieux chargés de mission, et ont-ils cessé tout travail de cabinet politique, comme semble le suggérer la région ? Point commun à nombre d’entre eux : ils sont ou ont été élus, souvent sous l’étiquette LR, et notamment en Haute-Loire, le fief de Laurent Wauquiez. Commençons par ceux aux ordres d’Ange Sitbon, chargé de mailler politiquement le territoire. D’après le signalement d’Anticor, que Mediacités a consulté, six de ses collaborateurs « semblent avoir, au regard de leurs missions, été embauchés sur des postes de contractuels de droit public alors qu’ils auraient dû l’être en tant que collaborateurs de cabinet ». Parmi eux, cinq élus ou anciens élus.

Virginie Alles, conseillère municipale de Sainte-Foy-lès-Lyon jusqu’en mars dernier, employée à temps plein comme rédactrice, assurait au début du mandat la veille politique pour les départements de l’Allier, du Cantal et du Puy-de-Dôme. Selon son profil LinkedIn, elle a quitté ce poste fin 2017 pour devenir « chargée de mission Protocole ». Une mission tout aussi politique, parfois rattachée au cabinet dans certaines collectivités. 

Corinne Bringer, maire de Chadrac, dans l’agglomération du Puy-en-Velay, et conseillère départementale de Haute-Loire, se présente quant à elle toujours comme chargée de mission « auprès de Laurent Wauquiez » (sic), « en charge des financements région concernant la Haute-Loire ». Un département particulièrement représenté dans les couloirs de la région : Anticor pointe aussi un second chargé de mission au même poste, Mathieu Freyssenet-Peyrard, actuel adjoint au maire de Monistrol-sur-Loire. Il a quitté son poste en 2018 et travaille aujourd’hui comme attaché parlementaire de la députée Isabelle Valentin, ancienne suppléante de Laurent Wauquiez.

Corinne Bringer
Capture d'écran du profil LinkedIn de Corinne Bringer.

Maryll Guilloteau, adjointe au maire du 2e arrondissement de Lyon et candidate aux sénatoriales (sur la liste du LR François-Noël Buffet), « suit les départements de l’Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie » dans l’équipe d’Ange Sitbon. Cette gendarme de réserve, fille du président du département du Rhône Christophe Guilloteau, se présente toujours comme « chargée de mission au service relations aux élus et aux territoires ». Même chose pour Grégory Sansoz, conseiller du 2e arrondissement de 2014 à 2020, délégué aux déplacements, qui s'occupe, selon Anticor, de la veille politique et du suivi des demandes de subventions « des départements de l’Ain, l’Ardèche et la Drôme ». Ce qui n’est pas sans poser problème, comme l’explique un employé de la région : « Son travail vient parasiter celui des agents en charge de la direction territoriale. Il vient donner des ordres à des élus... ». Contacté par Mediacités, Grégory Sansoz refuse de commenter : « Je n’ai rien à dire là-dessus ».

La liste établie par l’association de lutte contre la corruption n’est pas exhaustive. D’après nos informations, d’autres agents travaillent pour le compte d’Ange Sitbon, sans forcément en faire étalage. C’est le cas du sulfureux Aurane Reihanian, président des Jeunes Républicains, candidat aux dernières municipales à Bourg-en-Bresse, mais aussi du président de la fédération des Républicains dans l’Allier, Romain Lefebvre, adjoint au maire LR de Montluçon, se présentant lui aussi comme simple « chef de mission » au service de la région, ou de Nicolas Pauzie, ex-élu du Cheylard (Ardèche).           

Le grand « recasage »

Passons à la vingtaine de chargés de mission travaillant jusqu’à peu au service des vice-présidents. Selon la région, tous ont été recasés dans d’autres directions depuis la publication du rapport de la CRC. Mais ont-ils cessé leur travail de cabinet pour autant ? D’après plusieurs sources internes, la réponse est non.

Après quelques mois d’absence pour cause de période électorale, Alexandra Carraz-Ceselli est revenue à la région en tant que responsable du « service de la Vice-présidence ». Cette proche du premier vice-président Etienne Blanc - elle a dirigé la campagne municipale du candidat LR à Lyon -, n’utilise désormais plus le terme de « collaboratrice » du premier lieutenant de Laurent Wauquiez. Sa mission à la région a-t-elle vraiment changé de nature ? Alexandra Carraz-Ceselli n’avait pas donné suite à nos sollicitations au moment de notre bouclage.

La plupart des chargés de mission ont été dispatchés dans les directions rattachées à leur vice-président. Exemple : Nathalie Riotte, auparavant au service du vice-président chargé du tourisme et maire LR de Valence Nicolas Daragon, est désormais rattachée officiellement à la direction du tourisme, en charge du suivi institutionnel et partenariats, compétences de la délégation de… Daragon Nicolas. D’autres ont migré dans la direction chargée de l’action territoriale, directement rattachée au directeur général adjoint des services Bernard Figuet, très proche de Laurent Wauquiez.

Son chef de service n’est autre que David Rigault, qui fut le chef de cabinet de Laurent Wauquiez, rue de Vaugirard à Paris, quand le président d’Auvergne-Rhône-Alpes présidait le parti Les Républicains. Il coordonne une dizaine de chargés de mission. On y retrouve des militants des Jeunes Républicains comme Mallaury Allard à Chamonix ou Mathilde Bourgin au Puy-en-Velay. Mais aussi des élus comme Jérémie Bréaud, maire de Bron élu en juin dernier (il indique ne plus occuper de poste à la région depuis juillet 2020), ou Florian Morelle, élu en mars maire de Mours-la-Jolie, la « petite Nice du Cantal », et vice-président de la communauté de communes Châtaigneraie cantalienne...

Hotel region auvergne rhone alpes-1000
L'hôtel de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à Lyon. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Cette direction abrite aussi Antoine Hénaff, chargé de mission en poste dans l’Ain, où est basée - heureux hasard - la vice-présidente à laquelle il était auparavant rattaché : Stéphanie Pernod-Beaudon. Même cas de figure avec Sylvie Bonnet, chargée de mission mais surtout suppléante de Dino Cinieri, député LR de Firminy (Loire), élu à la région et conseiller spécial auprès de Laurent Wauquiez. Où est-elle basée ? À Saint-Etienne, dans la Loire, évidemment.

Et puis il y a ceux qui ont bénéficié d’une petite promotion au moment du grand « recasage ». Prenons Kevin Ranc, qui était chargé de mission auprès du conseiller régional Olivier Amrane, également maire de Saint-Peray en Ardèche (au conseil municipal, il siège avec James Guérin, lui aussi chargé de mission au service action territoriale de la région… Le monde est petit !). Élu à Guilherand-Granges, commune limitrophe de Saint-Peray, Kevin Ranc a intégré le cabinet de Laurent Wauquiez, chargé des déplacements du président. Depuis, Olivier Amrane bénéficie des services d’une nouvelle chargée de mission, rattachée au service action territoriale.

« Dans le contexte actuel où on doit serrer la vis, les vice-présidents ont gardé leurs chargés de mission alors même que la Chambre régionale des comptes assimile ces emplois à des postes de cabinet en surnombre…, enrage un agent de la région. Et au lieu de trouver une solution, la région les cache. » Pas très bien visiblement !