Chambéry : la piscine qui pourrait faire plonger Patrick Mignola, patron des députés MoDem

Le député de Savoie, ancien PDG d'une entreprise de carrelage, a bénéficié d'un gros marché pour la construction du centre aqualudique du Grand Chambéry dont il a longtemps été élu. Une situation qui s'assimilerait, selon la loi, à une prise illégale d'intérêts.

SIPA_00899370_000117
Elu de Savoie, Patrick Mignola préside le groupe des députés MoDem depuis 2018. Photo : Sipa.

C’est un ouvrage qui fait la fierté de la précédente majorité de la communauté d’agglomération du Grand Chambéry. La flambant neuve « piscine aqualudique du stade Auvergne-Rhône-Alpes » (son nom officiel, contrepartie réclamée par le conseil régional de Laurent Wauquiez en échange de sa participation au financement) a ouvert ses portes le 22 février dernier, dans la cité savoyarde, après trois années de travaux. Un symbole « du Chambéry du XXIe siècle », selon l’agglo, qui a porté ce projet à 22 millions d’euros.                

Clubs de natations et nageurs du dimanche peuvent désormais profiter d’un bassin sportif de plus de 500 mètres carrés pouvant offrir jusqu’à huit lignes d’eau, d’une immense piscine extérieure et d’une zone de détente avec jets hydro-massant, bains bouillonnants et banquettes de relaxation. La soirée d’inauguration fut à la hauteur des investissements avec en vedettes Laurent Wauquiez ou encore Philippe Croizon, athlète handicapé qui a traversé la Manche, en 2008, à l’aide de prothèses. Celui-ci se félicitait, sur Savoienews, que « cette extraordinaire bâtisse », soit accessible aux personnes à mobilité réduite.

Un autre nom est plus discrètement lié à la piscine de Chambéry : celui de Patrick Mignola, le président du groupe MoDem à l’assemblée nationale. Ex-élu de l’agglomération, le député a participé à la construction de l’équipement, via son ancienne entreprise de carrelages. Un marché de près

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 11 minutes

Par Etienne Merle