Yacht, Ferrari, champagne… la fortune des Bahadourian cachée dans les paradis fiscaux

Héritiers de la dynastie d’épiciers lyonnais, Léo et Patrick Bahadourian gèrent la lucrative activité familiale de grossiste avec un appétit certain pour les paradis fiscaux, Luxembourg en tête. Comme l’a découvert Mediacités grâce aux Panama Papers, suivre la piste de leurs sociétés - bateau et voitures de luxe compris - mène aussi jusqu’aux Îles vierges britanniques.

Illustration-1-web
Illustration : Jean-Paul Van Der Elst.

Dans la famille Bahadourian, je demande les petits-fils. Les frères Léo et Patrick, 54 et 52 ans, héritiers de la célèbre famille de commerçants lyonnais dont l’épicerie du quartier de la Guillotière a fait la renommée, restent dans l’ombre du médiatique Armand, leur oncle. Mais, comme Mediacités l’a découvert, au sein de la dynastie d’origine arménienne, les deux quinquagénaires sont devenus des entrepreneurs multimillionnaires, adeptes des paradis fiscaux.             

A la tête de l’activité de grossiste des Bahadourian - de loin la plus lucrative du business familial -, Léo et Patrick sont également actionnaires et partenaires de l’enseigne lyonnaise Grand Frais, dont ils accompagnent la spectaculaire croissance en garnissant les rayons « épicerie du monde » de leurs supermarchés. Et, fin 2019, les deux frères ont racheté et sauvé de la faillite une autre institution lyonnaise : l’entreprise de surgelés Toupargel.

Résultat, en juillet dernier, Léo et Patrick Bahadourian figuraient pour la première fois dans le classement Challenges des 500 plus grandes fortunes françaises. Directement à la 275e place ! Leur richesse est estimée à 300 millions d’euros par le magazine. Une évaluation contestée par les deux héritiers qui ne souhaitaient pas apparaître dans ce palmarès. Ils auraient préféré continuer à rester discrets. Et pour cause…
Un empire offshore
Après plusieurs mois d’enquête et un accès privilégié à la base de données des « Panama Papers » du Consortium international de journalistes d'investigation (ICIJ) [lire ci-dessous l’encadré En coulisses], Mediacités a mis à jour un véritable

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 15 minutes

Par Mathieu Martiniere