Le grand décrochage : les ravages du « distanciel » dans les universités de Lyon

La lassitude a laissé place au désarroi… Mediacités a recueilli des témoignages d’étudiants lyonnais démotivés par une interminable année universitaire à distance. Nombre d’entre eux décrochent. Sans fonder trop d’espoirs, les facs misent sur le tutorat pour enrayer le phénomène.

Lyon1-Sipa
A l’université Claude Bernard-Lyon 1. Photo : Sipa.

Rayane était fou de joie début août. In extremis, il était accepté en première année de licence Arts du spectacle à l’université Lumière-Lyon 2. Exactement ce qu’il voulait. Après une terminale difficile en raison du confinement - nous l’avions alors rencontré à l’occasion d’un précédent article « Confinés en banlieue lyonnaise : "Ici, on n’a pas de résidence secondaire où se réfugier" », à (re)lire sur Mediacités - et un baccalauréat littéraire obtenu laborieusement, ce jeune habitant des Minguettes, à Vénissieux, avait passé l’été à scruter Parcoursup. Le 7 septembre 2020, il a fait son entrée à la fac, non sans une certaine fierté d’user à son tour les bancs de bois défraîchis du campus de Bron. Heureux.        

Le sentiment sera de courte durée. À la fin du mois d’octobre et face à la recrudescence de l’épidémie de Covid-19, l’année universitaire bascule « en distanciel ». Rayane se retrouve isolé, confronté à des cours qu’il juge « incompréhensibles ». « Quand j’allais à la fac, je suivais, je posais des questions, j’échangeais avec mes potes. Mais là, c’est la catastrophe, je suis démotivé, commente-t-il, désabusé. Quand on me demande "Comment ça se passe ?", ma réponse c’est que ça ne se passe pas… »

Comme lui, avec le reconfinement de l’automne et alors qu’un hypothétique retour dans les amphis est prévu au plus tôt en février et au mieux à demi-jauge, nombre d’étudiants décrochent. Les pourcentages des . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Oriane Mollaret