Entre kebabs et bars à vins, les commerces de la Guillotière, reflets d’un quartier en pleine recomposition

Éclipsées par les polémiques sécuritaires, l’offre commerciale de « la Guill’ » et ses évolutions génèrent de fortes tensions sociales et politiques. Créé l’an dernier par la ville de Lyon, un périmètre de sauvegarde ambitionne de préserver les équilibres et de tempérer la gentrification. Mission impossible ?

ruedeMarseille
Dans la rue de Marseille, artère commerçante du quartier de la Guillotière, à Lyon. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

L’annonce avait fait grand bruit. Au début du mois de novembre 2021, en pleine tempête médiatique sur les problèmes d’insécurité de la Guillotière, le supermarché Casino de la place Gabriel-Péri annonce qu’il fermera désormais ses portes à 17 heures (au lieu de 19h30). Comme une réplique de la manifestation des commerçants organisée trois semaines plus tôt, la nouvelle vient alimenter les polémiques autour de ce quartier des 7e et 3e arrondissements de Lyon et renforcer son image de coupe-gorge.

Depuis, Casino est revenu sur sa décision et baisse aujourd’hui le rideau à 19 heures. Mais l’épisode a mis au cœur des controverses qui agitent « la Guill’ » une question souvent occultée par les enjeux sécuritaires : l’offre commerciale. Reflet des bouleversements sociologiques du secteur et en dépit de la mauvaise

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 12 minutes

Par Jennifer Simoes