Fort de Genas : derrière la dépollution du « poumon vert » de la ville, le spectre de la bétonisation

Désireuse d’y construire près de 300 logements, la mairie de Genas a confié à un fonds d’investissement la conduite d’études pour dépolluer et aménager l’ancien fort de cette commune de l'Est lyonnais et son terrain de huit hectares. Les opposants au projet pointent une aberration environnementale et s’inquiètent du manque de concertation sur l’avenir du site.

202204-Fort de Genas-1
Vue de la clôture qui entoure le site du fort de Genas. Photo : Nicolas Barriquand/Mediacités.

C’est un écrin de verdure – pollué - en plein cœur de la commune de Genas. Huit hectares envahis de végétation à deux pas du centre-ville, soit une surface rarissime dans cet Est lyonnais assiégé par les promoteurs immobiliers, où le prix du foncier a explosé ces dernières années. Un peu oublié depuis des décennies, le site de l’ancien fort de Genas, aujourd’hui inoccupé et fermé au public, suscite les

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 9 minutes

Par Mathieu Périsse