Un attaché parlementaire (LREM) accusé d’agression sexuelle

Devenu célèbre en posant, casquette sur la tête, aux côtés du couple Macron devant la pyramide du Louvre, Morgan Simon, attaché parlementaire de Valérie Oppelt est accusé depuis ce week-end d’agression sexuelle par une autre attachée parlementaire (LREM).

Morgan Simon au Louvre
Morgan Simon, derrière Emmanuel et Brigitte Macron, devant la pyramide du Louvre au soir du second tour de l’élection présidentielle – PIERRE VILLARD/SIPA

C’est une image qui a marqué le début du quinquennat Macron. Le 7 mai dernier, au soir du second tour de l’élection présidentielle, on y voit le nouveau président et sa femme, bras levés, devant la pyramide du Louvre. Au milieu du couple, un homme, joues rondes, barbe de trois jours, sweat bordeaux et casquette US blanche s’incruste sur la photo. L’image, incongrue, fait immédiatement le tour des réseaux sociaux. « Mais qui est ce type à la casquette à côté de Macron ? » s’interroge-t-on. Ce type, c’est Morgan Simon, propriétaire de deux pizzerias à Nantes, engagé dans la campagne du nouveau président depuis son lancement et propulsé ce soir là sur la scène un peu par hasard.

Depuis ce quart d’heure de célébrité, le trentenaire est devenu un personnage clé d’En Marche en Loire-Atlantique, acteur de la campagne législative puis attaché parlementaire de la députée nantaise (LREM) Valérie Oppelt. Jusqu’à ce début de semaine, quand cette dernière lui demande de démissionner. Pourquoi ? Parce qu'une plainte pour agression sexuelle et harcèlement a été déposée contre lui, lundi, devant le procureur de la République de Nantes. Elle émane d’une autre attachée parlementaire, salariée du député de Vendée Philippe Latombe (LREM, lui aussi).

Une agression qui aurait été commise lors d'une soirée En Marche

Les faits remonteraient au 1er d . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Benjamin Peyrel et Antony Torzec