Clinique Le Confluent : une vente discrète freinée par la justice

Dans le dos de ses salariés, la direction de la renommée clinique Le Confluent (ex NCN), à Rezé, essaye depuis plusieurs mois de vendre ses murs et de réorganiser sa gouvernance. Un projet freiné par une décision en référé du TGI Nantes que Mediacités a pu consulter en exclusivité.

Le confluent
Entrée principal de l’hôpital privé Le Confluent, ex Nouvelles cliniques nantaises / Photo: Thibault Dumas

Le Confluent, anciennement et encore largement appelé Nouvelles cliniques nantaises (NCN), occupe régulièrement le haut des classements des meilleures cliniques françaises (4e par exemple selon Le Point, en 2017). Avec près de 250 000 patients qui viennent chaque année en consultation ou en hospitalisation à Rezé, l'établissement est notamment en pointe dans la prise en charge de la douleur ou le traitement du cancer du sein, briguant le titre de « plus grand centre de cancérologie privé de France ».          

 

Vente des murs ou de la clinique ?
En coulisses, pourtant, la réalité est beaucoup moins reluisante pour les quelques 1000 salariés et 200 médecins libéraux qui y travaillent. En témoigne une décision du Tribunal de grande instance (TGI) de Nantes . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Thibault Dumas