Le Confluent, anciennement et encore largement appelé Nouvelles cliniques nantaises (NCN), occupe régulièrement le haut des classements des meilleures cliniques françaises (4e par exemple selon Le Point, en 2017). Avec près de 250 000 patients qui viennent chaque année en consultation ou en hospitalisation à Rezé, l'établissement est notamment en pointe dans la prise en charge de la douleur ou le traitement du cancer du sein, briguant le titre de « plus grand centre de cancérologie privé de France ».          

 

Vente des murs ou de la clinique ?
En coulisses, pourtant, la réalité est beaucoup moins reluisante pour les quelques 1000 salariés et 200 médecins libéraux qui y travaillent. En témoigne une décision du Tribunal de grande instance (TGI) de Nantes . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.