Petites manips et grosse cagnotte… Vinci prospère dans le ciel de l’Ouest

Le géant du BTP profite à plein de l’abandon de Notre-Dame-des-Landes.. Tandis qu'à Nantes Atlantique sa cagnotte grossit à mesure que le trafic explose, Mediacités a pu consulter en exclusivité un rapport de la CRC de Bretagne qui dévoile les mécanismes utilisés par le groupe pour capter les bénéfices de l’aéroport de Rennes.

Aéroport de Rennes
L’aéroport de Rennes, exploité par la SEARD. / Photo : Creative Commons – strot

C’est un rapport au vitriol qui confirme que Vinci, le géant français du BTP, est bien le grand gagnant de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Et qui témoigne des rapports déséquilibrés entre les pouvoirs publics et les sociétés privées auxquelles sont concédées l’exploitation de certains grands équipements. Le 18 octobre, la Chambre régionale des comptes de Bretagne (CRCB) rendra public un document que Mediacités a pu consulter. Il révèle, dans le détail, comment sa filiale Vinci Airports, plutôt que d’y investir, capte les bénéfices de l’aéroport de Rennes Saint-Jacques qui s'ajoutent à ceux - conséquents - de Nantes-Atlantique. Un phénomène que la fin du feuilleton NDDL a encore renforcé.                    

L’histoire commence bien avant la décision d'abandon du projet par le gouvernement Philippe. En 2010, la Région Bretagne concède à la Société d'exploitation des aéroports de Rennes et de Dinard (SEARD) la gestion de ses deux aéroports jusqu'en 2024. La SEARD est une société composée de la CCI d'Ille-et-Vilaine et de Vinci Airports, (respectivement actionnaires à 51 % et 49 %). A l’époque, malgré les résistances, l’hypothèse d’une ouverture de Notre-Dame-des-Landes en 2018 est encore d’actualité.

Ce dernier devant attirer une bonne partie du trafic aérien de l’Ouest français, le scénario imaginé prévoit donc une croissance faible du trafic à Rennes (750 000 passagers à l'horizon 2025) et des investissements limités sur l’infrastructure (23,5 millions . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Isabelle Jarjaille