Alerte sur la situation des mineurs isolés en Vendée, le Défenseur des droits saisi

En Vendée, les conditions de mise à l’abri et d’accompagnement de certains mineurs non accompagnés (MNA) sont tellement dégradées que la Cimade vient de saisir directement Jacques Toubon. Elle pointe, notamment, l'action d'un groupe privé auquel le département délègue l'accompagnement de jeunes migrants.

MNA_CIMADE_NANTES
Des mineurs isolés venus trouver refuge dans l’antenne de la Cimade de Nantes, en 2013 / Image d’archive : Armandine Penna

«Ils n’ont absolument aucune considération pour le public qu’ils accueillent. Ils veulent en faire des chiens errants, des délinquants. » Ce jugement, sévère, émane d’un professionnel spécialiste de la protection de l’enfance. Son inquiétude : la prise en charge défaillante des Établières, un groupe privé basé à La Roche-sur-Yon, qui, depuis l’été 2016, s’est vu déléguer par le conseil départemental de Vendée une partie de l’accueil et du suivi des mineurs non accompagnés (MNA), ces jeunes exilés arrivés seuls sur le territoire, le plus souvent en provenance d’Afrique de l’ouest. En 2017, 161 étaient accompagnés en Vendée. Moins qu’en Loire-Atlantique (335), mais bien plus qu’à peine deux années auparavant (54). Et suffisamment pour que le Département, dont c'est l'une des compétences, ne puisse faire face seul à cet afflux.

En juillet 2016, manquant de places d’hébergement, ce dernier sollicite le groupe les Établières. Spécialisée à l’origine dans l’enseignement agricole, l’institution, fondée en 1924 par les frères de Saint-Gabriel, est un acteur de poids en Vendée. Gérant cinq établissements de formation, neuf résidences, un centre équestre et même une piscine, il accueille chaque année plus d’un millier d’élèves. Et se dit donc prêt à héberger quelques-uns de ces mineurs isolés dans l’internat du lycée agricole les Établières, à la Roche-sur-Yon. Imaginé au départ comme un accueil temporaire, pour la nuit uniquement, le dispositif se transforme rapidement en un accompagnement global et pérenne, avec attribution par le Département . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Elsa Gambin