La valse des référents se poursuit chez les macronistes de Loire-Atlantique

Et de cinq ! Après la démission de Valérie Sauviat Duvert, sa référente départementale, la branche locale de La République En Marche se dotera bientôt d'un cinquième patron en un peu plus de deux ans. Entre guerre d'ego et manque de transparence, cette hécatombe témoigne surtout des difficultés du parti présidentiel à se structurer.

En Marche
Le Zénith de Nantes, avant le meeting présidentiel d’Emmanuel Macron, le 19 avril 2017 / Photo: SIPA/AP Photo/David Vincent

Emmanuel Macron avait promis un renouvellement de la classe politique. En Loire-Atlantique, son parti semble avoir pris sa promesse au pied de la lettre… Mardi 18 décembre, la référente départementale de La République En Marche (LREM), Valérie Sauviat Duvert, a annoncé sa démission sur sa page Facebook personnelle. Après Valérie Oppelt, Stéphane Gachet et Isabelle Manzoni, l'élue de Guérande est la quatrième à abandonner la tête du mouvement, qui va donc devoir se trouver un cinquième patron en à peine deux ans et demi…

Le 3 novembre dernier, en marge d’une réunion départementale, Valérie Sauviat Duvert semblait pourtant plutôt confiante. « Vous voyez, il n’y a pas de valse des référents chez En Marche 44. On peut même parler de stabilité à présent ! », nous confiait-elle, en référence à une précédente enquête de Mediacités. Une quarantaine de jours plus tard, la voilà pourtant qui rend son tablier, deux ans avant la fin officielle de son mandat. « J’ai tenu 13 mois sur 36, c’est déjà bien ! » sourit-elle aujourd’hui.

Les raisons de son départ ? « Elles sont personnelles », dit-elle, en affirmant vouloir se consacrer à ses enfants et à sa nouvelle carrière professionnelle. En septembre dernier, cette mère séparée de cinq enfants (dont deux vivent encore avec elle), a décroché, à 49 ans, un poste d’assistante commerciale chez Syd. Cette société, située à Saint-Herblain, est spécialisée dans le conseil et l'ingénierie informatique et a ét . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Antony Torzec