Dans un vrombissement régulier, les pales des éoliennes fendent l’air, une centaine de mètres en surplomb des pâturages. Le vent d’ouest souffle et le ciel s’anime en ce mercredi d’hiver, aux alentours de Nozay (Loire-Atlantique), en bordure de la N137 qui relie Nantes à Rennes. Au pied des huit turbines qui tournent à pleine vitesse, les arrêtés préfectoraux s’amoncellent, cloués sur des poteaux en bois. « C’est sûr que notre histoire, c’est une histoire de fous », soupire, en regardant droit dans les yeux, un agriculteur du coin. Du côté de la préfecture de la Loire-Atlantique, on concède, par la voix de son secrétaire général, Serge Boulanger, « [qu’]on est devant une situation atypique, pour laquelle on se doit de trouver des explications ».

Cette « histoire de fous » affecterait aujourd’hui des dizaines d’habitants de quatre communes voisines (Nozay, Abbaretz, Puceul, Saffré) et frappe surtout durement deux exploitations agricoles , installées autour des éoliennes. « On va crever dans tous les sens du terme, financièrement ou au niveau de notre santé », s’alarme l’éleveuse Céline Bouvet, 44 ans, aussi déterminée qu’épuisée par cinq années d’un combat kafkaïen mené au côté de son homologue Didier Potiron, 50 ans. Aucun des deux ne se décrit pourtant comme "anti-éolien". Ils ont même décliné toutes les offres de service de collectifs d'opposants.                  

 

 

Arretes eoliennes
Les nombreux arrêtés préfectoraux affichés à proximité des éoliennes / Photo : Thibault Dumas

Tout débute fin 2009 quand l’entreprise toulousaine ABO Wind vend aux deux exploitants un projet (ancien) de champ éolien, exploité par KGAL, un énorme fond d’investissements allemand qui en possède une soixantaine. L’argumentaire est tentant : « Ça sera tout bénéfice pour vous ». La promesse ? Respectivement 2000 et 4000 euros annuels pour le fonctionnement d’une partie du parc éolien des Quatre seigneurs, dont les travaux démarrent fin 2012 pour une mise en route en juin 2013. Le début des ennuis pour ces deux exploitants du cru qui ont repris des fermes familiales.

 

« Le parc éolien le plus étudié de France »

« Chez nous, poursuit Céline Bouvet, cela a commencé par des problèmes de mammites [inflammation de la mamelle des vaches, ndlr]. On est obligé de jeter le lait, car il est rempli de caille et de grumeaux. Après ça a été l’explosion, les vaches refusent parfois de monter dans les salles de traite où font demi-tour à l’approche des éoliennes, comme s’il y avait une barrière électrique invisible. Au niveau fécondité c’est aussi devenu une catastrophe », liste-t-elle, dans une étable, au milieu de sa trentaine de vaches laitières.

La synthèse de la dizaine d’expertises réalisées dans le cadre du GPSE (Groupe permanent pour la sécurité électrique en milieu agricole) confirme le tout, au printemps 2015. « La coïncidence chronologique avec les travaux de construction puis la mise en route de l'éolienne est suffisamment troublante pour justifier des investigations complémentaires (...) Elles sont absolument indispensables pour essayer de comprendre ce qui se passe dans ces élevages », conclut son auteure, la professeure émérite Arlette Laval de l’Oniris (école vétérinaire de Nantes), pourtant sceptique au départ. Une alerte que l’on retrouve quasiment mot pour mot dans les longs rapports vétérinaires et médicaux concernant les deux exploitations, dont les équipements ont été définitivement mis hors de cause par les experts.

La préfecture veut « continuer à explorer »

Sur celle de Didier Potiron, où pâturent près de 75 bêtes, la perte financière a été évaluée par un cabinet indépendant à 93 000 euros sur une seule année. Un montant énorme, pour une entreprise agricole qui affiche 300 000 euros de chiffre d’affaires. En cause : la surmortalité des vaches, notamment les plus jeunes, avec une cinquantaine de décès par an. « Il faut une gestion extrêmement rigoureuse pour arriver à s’en sortir. On fait zéro investissement, on est toujours à la limite. C’est révoltant par ce que depuis le début on est transparents et au bout de six ans, on en est toujours au stade des expertises. Pour moi le dossier a été bâclé par les services de l’État », lance-t-il. Cette accumulation de problèmes a poussé les deux agriculteurs – et une dizaine de riverains, nous y reviendrons – à déposer plainte contre la ferme éolienne des Quatre seigneurs dès l’été 2014 puis, à nouveau, en 2017. Tout en privilégiant le dialogue et la collaboration. Pour l’instant...

Selon notre décompte, pas moins de 20 études de tous ordres ont déjà été réalisées sur place. « C’est le parc éolien le plus étudié en France », glisse Patrick Bessière, PDG d’Abo WIND, qui reconnait que « la discussion avec les exploitants n’est pas toujours sereine ». Un géobiologue, décontenancé, est venu des dizaines de fois. Un haut-fonctionnaire de la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, qui chapeaute l’éolien) a, lui, eu beaucoup de mal à cacher son irritation devant ces problèmes inexpliqués. « Pour le moment, sur le plan scientifique, ces études n’ont pas permis de faire le lien entre le parc éolien et les symptômes constatés chez l’être humain et l’animal, note Serge Boulanger, le numéro 2 de la préfecture de Loire-Atlantique. Ça ne veut pas dire qu’il y en a pas, mais ça ne veut pas dire qu’il y en a un. On se doit de continuer à explorer les choses. » La piste de la relocalisation des exploitations n’est néanmoins plus tabou. Dans un courrier que nous nous sommes procuré, la préfecture écrit qu’elle y travaille avec la Chambre d’agriculture du département.              

 

Sur le parc eolien des Quatre seigneurs c Thibault Dumas (2)
Sur le parc éolien des Quatre seigneurs / Photo : Thibault Dumas

Conséquence d’un arrêté préfectoral pris en urgence l’été dernier, une inédite campagne de tests a débuté mi-janvier, sous l’égide d’Oniris et de cabinets spécialisés. « On met l’ensemble du parc à l’arrêt, puis on va rebrancher les éoliennes une par une pour voir si cela a un impact sur le comportement animal et les êtres humains, détaille Serge Boulanger. Cela n’avait jamais été fait jusqu’ici. » La perte liée à l’arrêt du parc se fait sans compensation pour l’exploitant, KGAL, et les tests sont financés à hauteur de 25 000 euros par une enveloppe publique du ministère de l’Écologie, une première – jusqu’ici constructeur et exploitant privés réglaient la facture, alimentant des soupçons de partialité des études.                  

L’intervention de Nicolas Hulot

Car l’affaire a pris une tournure politique. « L'été dernier, une vache pisse le sang, morte au pied d’une éolienne. C’est le quatrième décès dans la journée », relate un agriculteur. Nicolas Hulot, alors ministre de la Transition écologique, est alerté par le parlementaire LREM (ex PS) de la circonscription, Yves Daniel, lui-même issu du monde agricole. « Au nom de l'application du principe de précaution dans l'éolien pour lequel je me bats depuis des années » (nb : il avait posé une question écrite sur le sujet dès l’automne 2014), explique ce dernier, qui souhaite néanmoins rester discret sur ce « dossier sensible ».

Dans la foulée d’un entretien informel avec le parlementaire, le ministère de l’Écologie prend les choses en main depuis Paris. Il est vrai que localement les maires des communes concernées préfèrent ne pas évoquer l’affaire. La Communauté de Communes de la Région de Nozay compte deux parcs éoliens et d’autres projets attendent dans les cartons. Quant à celui des Quatre seigneurs, il rapporte à lui seul pas loin de 84 000 euros par an à la collectivité, dont les élus n’ont jamais donné suite à nos demandes d’interview.

Sur une ferme voisine du parc Çolien des Quatre seigneurs c Thibault Dumas (5)
Sur une ferme voisine du parc éolien des Quatre seigneurs / Photo : Thibault Dumas

Pourtant, le temps presse. Outre les animaux, les riverains se plaignent aussi de « troubles du sommeil importants », ce qui a conduit une dizaine d’entre eux à se joindre au combat des exploitants. À l’image de Renate, une retraitée franco-allemande venue s’installer ici il y a 30 ans : « C’est simple, je me réveille toutes les nuits à deux heures du matin sans pouvoir me rendormir. Et quand je dors ailleurs, tout va bien ». Un témoignage recoupé par de nombreux autres que nous avons recueillis.

Certaines pathologies sont encore plus préoccupantes : kyste qui ne se résorbe pas chez un adolescent, cancer qui s’accélère chez un riverain, crises d’épilepsies, inflammations musculaires, etc. La fatigue ou l'anxiété fragilisent-elles les corps ? Ou s'agit-il d'un effet nocebo (l'inverse de l'effet placebo) ? « Quand vous allez aux urgences, on vous dit que le problème c’est vous », soupire une habitante. En attendant, les boîtes de médicaments s’accumulent dans les cuisines et les placards des riverains des éoliennes, qui réclament depuis plusieurs années une étude d’impact sur la santé humaine. « Quelque chose se fera dans les mois à venir sous l’égide de l’Agence régionale de santé (ARS) », annonce-t-on du côté de la préfecture, sans plus de précisions sur un calendrier ou sur un périmètre.

Sols humides, câble en cuivre et bactéries

En attendant, les autorités butent sur la question que tout le monde se pose : d’où vient le problème avec ces éoliennes ? Si le mouvement des pales fait l’objet d’un certain nombre de travaux – et aussi de fantasmes –, c’est le champ électromagnétique généré par les câbles de 20 000 volts enterrés pour raccorder les huit éoliennes au réseau EDF qui concentre les investigations. Surtout que les sols humides des environs de Nozay sont drainés par des rivières souterraines : une importante quantité d’eau a été pompée pendant les travaux d’installation.

Cette hypothèse est défendue par Allain Lamy, 71 ans, ancien cadre d’EDF : « Des bactéries dites magnétotactiques s’en serviraient pour proliférer dans l’ensilage des fermes [l’alimentation des animaux, ndlr], dont la température est déjà montée 20 degrés au-dessus de la température ambiante. Pour en avoir le cœur net, il faudrait pousser de vraies investigations sur le sujet », ajoute ce Nantais qui soutient depuis trois ans les exploitants du parc éolien des Quatre Seigneurs.

Les champs, aux pieds des éoliennes des Quatre-seigneurs
Les champs, aux pieds des éoliennes des Quatre-seigneurs. / Photo : Thibault Dumas

Serge Boulanger, secrétaire général de la préfecture de Loire-Atlantique le reconnaît : « Il y a une particularité dans ce parc éolien : chaque éolienne est reliée aux autres par un câble en cuivre. On appelle ça une liaison équipotentielle, pour une mise à la terre commune, alors que sur d’autres parcs on a une mise à la terre par éolienne. Mais il peut y avoir aussi, sans liens avec l’éolien, l’influence d’un faisceau radar aéronautique, la proximité d’une ligne à haute tension, etc. »

Si l’exploitant allemand KGAL, n’a jamais répondu à nos sollicitations et semble ralentir toutes les procédures, le fabriquant du parc, la société toulousaine Abo WIND, s’explique, elle, par courriel : « Nous avons toujours porté une attention particulière aux problèmes évoqués par les riverains. Ceci est toujours le cas durant la phase de développement, mais également durant la phase post-implantation. Ce n’est pas pour autant que le parc éolien n’est pas conforme aux normes et réglementations en vigueur... »            

Une fin de non-recevoir qui ne satisfait évidemment personne. Tandis que les investigations se poursuivent, la FNSEA 44 et les Jeunes agriculteurs 44, qui suivent l’affaire de près, ont monté un groupe de travail pour recenser les problèmes inexpliqués et élaborer une charte d’implantation des éoliennes. En regardant leurs pales tourner, l’éleveuse Céline Bouvet ne peut retenir un soupir : « Si par bonheur on trouvait de quoi ça provient… Mais il y a tellement d’enjeux financiers. A côté, nous on est des merdes ».

Map 19Aller plus loin :

Pour encore plus d'informations sur la question des éoliennes et des énergies renouvelables, plongez-vous dans le dernier numéro du MAP, le magazine carto-graphique des autres possibles. A retrouver  en librairie et dans près de 200 points de vente en Loire-Atlantique.

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.