Un temps, on a cru Franck Louvrier découragé par sa déroute aux dernières élections législatives face à l’inconnue Sandrine Josso (LREM) ; mais aussi sagement occupé à faire fructifier son épais carnet d’adresses et ses talents – reconnus – de communicant depuis son fauteuil de président de l’agence Publicis Events ; ou encore concentré sur son mandat de conseiller régional et définitivement rangé des voitures de la politique nationale après les défaites de son ancien mentor, Nicolas Sarkozy, à la présidentielle de 2012 puis à la primaire de la droite en 2017. Mais la roue tourne en politique… et la cote de Franck Louvrier a flambé de nouveau.

En mai 2018, le maire de Nice et ancien ministre, Christian Estrosi, le nommait directeur de la communication et des relations institutionnelles de la Maison de la Métropole Nice Côte d'Azur, à Paris. Puis, le 16 janvier dernier, le nom de l’ancien « Sarko boy » figurait à nouveau dans les pages du Canard Enchaîné. Et en bonne place qui plus est. Empêtré dans les bourbiers de la crise des gilets jaunes et de l’affaire Benalla, obligé de se séparer d'une partie de sa garde rapprochée, Emmanuel Macron faisait alors appel à lui pour reprendre en main la communication de l’Élysée et s’asseoir dans le bureau qu’il avait déjà occupé sous la présidence Sarkozy. Refus du pro de la com’. « L’Elysée, j’ai déjà fait, je n’ai pas forcément envie de recommencer », confiait-il à La Dépêche peu après la rencontre. Il a surtout fort à faire pour réussir le pari qu’il s’est officiellement lancé depuis le mois d’août dernier : devenir maire de La Baule, en 2020.
Le spectre de la division de la droite
Car pour ce natif de Nantes, les choses sérieuses ont commencé. Juste avant d'être élu président de la fédération Les Républicains de Loire-Atlantique à l'automne dernier, il confiait à Mediacités « être heureux » de . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Nicolas Mollé
Journaliste depuis une vingtaine d'années, j'ai démarré mon parcours dans la presse professionnelle spécialisée dans l'industrie de la musique, dans un titre aujourd'hui disparu nommé Musique Info Hebdo aux Editions Larivière (Rock & Folk). J'ai aussi été pigiste pour des médias aussi variés que RFIMusique, Le Télégramme, Points de Vente, L'Echo de la Presqu'île, l'Hebdoscope, l'Excellent Maghrébin, Livres Hebdo, Rue 89, Concertlive.fr, Les Inrocks... J'ai été journaliste économique pendant cinq ans pour Le Journal des Entreprises du Morbihan (à l'époque où ce mensuel était intégré au groupe Le Télégramme). Mais j'ai aussi développé des aptitudes à l'interview et au reportage ainsi qu'à tous les formats journalistiques, de la brève à l'enquête, en passant par le portrait. J'ai vécu à Paris, Belfort, près de Vannes et désormais à Nantes, depuis 2014.