L'Arbre aux hérons est grand (50 mètres de diamètre, 35 mètres de haut), les doutes qui l'entourent le deviennent et sa facture s’alourdit. Si le conseil métropolitain vote la rallonge de 1,48 millions d’euros inscrite à l'ordre du jour de vendredi, 4,5 millions d'euros de fonds publics auront été investis en études et développement pour cet objet artistique inédit. Le bénéficiaire final sera l'association la Machine, en charge de la construction de cette immense structure de bois et d'acier. Dirigée par François Delarozière, elle a déjà à son actif le Carrousel des fonds marins et l'emblématique Éléphant de Nantes.

Avec l'Arbre aux hérons, elle franchit une marche supplémentaire dans la complexité. A quel coût ? Mystère. Alors que depuis 2013 le chiffre – déjà élevé - de 35 millions d’euros est avancé, plus personne n’ose désormais estimer le budget global du projet.

Il vous reste 67% de cet article à découvrir !
Ça tombe bien, nous vous offrons un accès libre pendant 24h
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !