Arbre aux hérons : la rallonge de trop ?

Le conseil métropolitain de Nantes examine vendredi le vote d'une rallonge de 1,48 million d'euros, afin de financer des études supplémentaires sur ce projet grandiose appelé à prendre place carrière Misery. Une demande qui souligne encore un peu plus l’opacité financière entourant le projet.

Grande maquette de l’arbre aux hérons
Grande maquette de l’arbre aux hérons / Photo: Patrick Janicek – Flickr – Creative Commons

L'Arbre aux hérons est grand (50 mètres de diamètre, 35 mètres de haut), les doutes qui l'entourent le deviennent et sa facture s’alourdit. Si le conseil métropolitain vote la rallonge de 1,48 millions d’euros inscrite à l'ordre du jour de vendredi, 4,5 millions d'euros de fonds publics auront été investis en études et développement pour cet objet artistique inédit. Le bénéficiaire final sera l'association la Machine, en charge de la construction de cette immense structure de bois et d'acier. Dirigée par François Delarozière, elle a déjà à son actif le Carrousel des fonds marins et l'emblématique Éléphant de Nantes.

Avec l'Arbre aux hérons, elle franchit une marche supplémentaire dans la complexité. A quel coût ? Mystère. Alors que depuis 2013 le chiffre – déjà élevé - de 35 millions d’euros est avancé, plus personne n’ose désormais estimer le budget global du projet.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Erwan Seznec