Île de Nantes : à la recherche d’un esprit disparu

Dans le milieu de l'urbanisme son nom sonne comme un mantra. L'île de Nantes serait une sorte de nirvana de l'aménagement, un territoire touché par la grâce architecturale. Mais après 15 ans de louanges, certains sont pris de remords. N'en aurait-on pas fait un peu trop ? Promenade en forme d’acte de contrition.

IdNune
Quartier Prairie-au-duc, sur l’île de Nantes. / Photo : Nicolas Guillon

Attirant tous les regards, salué de toutes parts, l'aménagement de l'île de Nantes a fait l'unanimité pendant près de vingt ans. Mais voilà que depuis quelque temps le concert de louanges se fait nettement plus étouffé dans le petit monde de la fabrique de la ville. En cause : la dernière livraison de l'opération, l'écoquartier Prairie-au-Duc (3 000 habitants à terme), que les professionnels de la profession s’accordent à juger assez navrante. « C'est la catastrophe des trente prochaines années », prédit même un expert respecté de la place de Nantes.                

Pour avoir passé toute ma jeunesse à Nantes, vu émerger les prémices du projet puis avoir travaillé vingt ans sur l'actualité des villes (lire En coulisses), je me souviens, marchant le long des quais de Loire, des propos d’un des promoteurs du quartier, alors que celui-ci n'était encore qu'à l'état d'images de synthèse. « Prairie-au-Duc concentrera le meilleur du projet de l'île de Nantes : une situation idéale en belvédère de la Loire et de la ville, à quelques minutes à pied du centre historique et du tramway. Nos futurs résidents pourront même admirer le Grand Éléphant déambulant sous leurs fenêtres. » C’était en 2010 et, à priori, il n’y avait aucune raison d’en douter puisque jusqu’alors, l’île de Nantes frisait le sans-faute. Pourtant, on aurait dû. Car comme chacun sait, un éléphant ça trompe énormément. Et les résidents en question ont, aujourd'hui, d'autres préoccupations qu'un pachyderme articulé. Comme, par exemple, ne pas oublier, chéri, de faire les courses en sortant du boulot, parce que les commerces se font plutôt rares dans le coin.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 12 minutes

Par Nicolas Guillon