PMA pour toutes : le préfet des Pays de la Loire sort de sa réserve

Alors que le projet de loi bioéthique porté par le gouvernement est examiné par le Sénat à partir d'aujourd'hui, le représentant de l’État dans la région Pays de la Loire exprime ses doutes. Lors de ses vœux aux acteurs économiques, Claude d'Harcourt parle d'une « rupture anthropologique majeure ».

voeuxprefet
Le préfet des Pays de la Loire, Claude d’Harcourt, lors de ses voeux au monde économique, le 20 janvier. / Photo : Antony Torzec

La réputation de Claude D’Harcourt n'est plus à faire. Le préfet de Loire-Atlantique et des Pays de la Loire est connu pour son style direct. « Cash », même. Trop ? C’est la question qui se posait, hier soir, à l’issue de son discours de vœux prononcé devant les responsables des services de l'État, les élus locaux, parlementaires, représentants des religions et des associations. Au milieu d’un portrait bien sombre de l’année 2019 - année « de fractures, de violences » qui lui « laisse un sentiment de lassitude, d’impuissance » -, le représentant de l’État dans la Région sort soudain de son devoir de réserve

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Antony Torzec