Face au Covid-19, l’ARS Pays de la Loire paie la facture de 10 ans de rigueur budgétaire

Elle est censée piloter la réponse sanitaire à l'épidémie de coronavirus, assurer la coopération entre les établissements de santé et la médecine de ville, coordonner la distribution du matériel... Mais après dix ans de rigueur budgétaire et de réduction de postes, l’Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire est à l’os.

ARS pdl
Le siège de l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire, à Nantes. / Capture Google Street View

« Il y a un vrai risque de non-respect des conditions de travail pour faire face à la crise, s'alarmait Bruno Carret, délégué syndical CGT à l'Agence Régionale de Santé (ARS) des Pays de la Loire, le 18 mars dernier. Après avoir supprimé des emplois pendant 10 ans, c'est facile de compter sur le dévouement du personnel ! » Méconnues du grand public, les Agences Régionales de Santé se retrouvent sous le feu des projecteurs avec la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus. Et pour cause : issues en 2010 du regroupement d’anciens services de l’Etat (DRASS, DDASS et certaines branches de l’Assurance Maladie), ces administration placées sous la tutelle du ministère de la Santé sont censées piloter la politique de santé publique à l'échelle régionale. Soit, très concrètement, mettre en œuvre et financer des actions de prévention (la lutte contre les addictions, par exemple) et… gérer les crises sanitaires.

Rien d’étonnant, donc, à ce que l’on retrouve aujourd’hui à la manœuvre les directeurs de ces fameuses ARS - sorte de « préfets de la Santé », comme les considèrent les élus locaux -, lorsqu’il s’agit de faire le point sur l’évolution de l’épidémie de Coronavirus dans les territoires, ou d’expliquer la politique de répartition des masques ou des gestion des lits de réanimation. Pourtant, et malgré l’engagement de leurs agents, l’épidémie de Covid-19 met en lumière les limites de ces administrations déconcentrées mais soumises aux politiques de restrictions financières engagées au niveau national depuis des années. « L'idée était d'avoir une approche globale des problématiques de santé sur un territoire, en regroupant le sanitaire et la prévention, décryptait en juin dernier Thierry Fouéré, le président du syndicat des médecins inspecteurs de santé publique (SMISP). Et elle était plutôt séduisante. Mais la régulation économique et budgétaire a pris l'ascendant ».             
« Elles n'ont qu'un objectif : réduire les dépenses publiques de santé »
En clair, comme l’expliquait à Mediacités . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Isabelle Jarjaille