Il en a fait une affaire d’État. Le bon sens économique vendéen contre la gabegie politique parisienne. Le semi-retraité Philippe De Villiers, 71 ans, peut crier victoire : « Le Puy du Fou va revivre. Le Puy du Fou vivra ! » Mi-mai, il éruptait pourtant sur Twitter dans son style inimitable. « J'ai eu Édouard Philippe au téléphone : il refuse la réouverture du [parc], contrairement à la parole du Président. Ils veulent nous briser. Mobilisation générale ! » écrivait l’ami intermittent d’Emmanuel Macron.                        

Quelques jours plus tard, le 17 mai, un SMS présidentiel, immédiatement révélé sur Twitter (avec l’accord du chef de l’État) calmait un peu la colère du souverainiste. Le matin même, un conseil de défense élyséen (!) venait d’entériner « la réouverture des sites touristiques et parcs à thème en zone verte pour le 2 juin ». Depuis, aucune confirmation ni infirmation officielle. Mais peu importe : chez le “vicomte” on pavoise, tandis que la reprise se prépare dans le parc d’attraction vendéen.

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois