Comment les écologistes nantais ont manqué leurs municipales

L'heure des écolos avait sonné ! A Nantes, “ville gagnable”, ils se voyaient déjà conquérir la mairie, au nez et à la barbe des socialistes. Pour, une fois de plus, voir leurs espoirs douchés et devoir passer un accord avec la maire sortante, Johanna Rolland. D'une campagne agressive à des négociations âpres en passant par un entre-deux tours confiné, chronique d'un demi-échec mais d'une vraie désillusion.

VertsNantesune
Mardi 2 juin, Johanna Rolland (PS) et Julie Laernoes (EELV) annoncent la fusion de leurs listes au second tour des élections municipales. / Photo : Antony Torzec

Le faire part avait été envoyé la veille aux journalistes. La conférence de presse scellant l’union des listes de la maire sortante Johanna Rolland et de sa concurrente écolo, Julie Laernoes, se tiendra face à l’hôtel de ville dans le square Amiral Halgan. De là, la vue est superbe et porte directement sur l’hôtel de ville. Idéal pour les photos. Elles devraient d’ailleurs être réussies : le soleil brille sur ce mariage au temps du coronavirus. 

La tête de liste EELV arrive la première sur les lieux. Sa conjointe politique l’attend en mairie. Quelques minutes plus tard, les deux femmes, masquées, sortent puis traversent la rue sous l’objectif des photographes. L’image est symbolique. Elle veut faire oublier les querelles du passé. Pourtant, face aux journalistes, ce n’est pas un couple qui s’exprime mais bien deux individualités. Et la parité n’est pas franchement respectée : 80% du temps de parole pour la maire sortant, 20% pour sa nouvelle alliée. 

Certes, quelques rares sourires sont échangés pour offrir à la presse un semblant de complicité. Mais dans l’assistance, les deux familles s’évitent gentiment. D’un côté, Marianne Thiéry-Sène, la directrice de campagne de Johanna Rolland. De l’autre, Sonia Rouabhi, celle de Julie Laernoes. L’ambiance colle parfaitement à ce mariage de raison, qui unit deux femmes aux relations compliquées.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 15 minutes

Par Julie Reux, Antony Torzec, Benjamin Peyrel et Thibault Dumas