Pesticides en Loire-Atlantique : une baisse de la consommation en trompe-l’œil

[ÉPISODE 2/5] Les communes de Loire-Atlantique où l'on consomme toujours plus de pesticides. Et les autres... Malgré les efforts entrepris et les annonces de l’État, l'usage des produits phytosanitaires ne diminue pas vraiment dans le département. Et celui des produits les plus dangereux a même tendance à augmenter.

tracteur_pesticides_pixabay
Image d’illustration. / © Photo : Pixabay par Th G

Deuxième volet de notre grande enquête sur les pesticides en Loire-Atlantique. Où, après avoir observé la fin de l'omerta sur le sujet et son irruption - parfois violente - dans le débat public, on plonge dans les chiffres des achats de produits phytosanitaires réalisés ces dernières années dans le département. Pour se rendre compte que, malgré une baisse de façade et du mieux dans certains secteurs, la chimie continue néanmoins de régner en maître sur les terres agricoles. Et même que le volume d'achat des molécules considérées comme les plus dangereuses pour l'homme et l'environnement continue d'augmenter...

 
Épisode 2 : La baisse en trompe l’œil de la consommation de pesticides
 

« L’ambiance est peut-être en train de changer, mais il n’y a que ça qui change », ricanait un militant environnementaliste dans le premier volet de notre série consacrée aux pesticides en Loire-Atlantique. La charge est un peu rude ? Peut-être. Pourtant, il faut bien reconnaître que, sur le terrain, les décisions prises au niveau étatique ont pour le moment accouché d'une souris. Le grand plan de réduction des phytosanitaires est même un échec monumental, résumait la Cour des Comptes dans son rapport de février 2020. Ce fameux « plan Ecophyto », lancé en 2008 à l’issue du Grenelle de l’Environnement fixait un objectif ambitieux : réduire de 50 % en 10 ans le recours aux produits phytosanitaires. Douze ans et 700 millions d’euros plus tard, le bilan est sans appel : en France, les quantités de produits utilisés ont continué d’augmenter.

Dans les Pays de la Loire, « de 2008 à 2018, on baisse quand même de 1000 tonnes », avance Pascal Boucault, coordinateur Ecophyto pour la Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire. Et même un peu plus : de 5880 tonnes de pesticides achetées en 2008, on est passé à 4 295 tonnes en 2018. Soit 27 % de moins (source : BNV-d achats). Pour le coordinateur, c’est le résultat des « efforts » consentis par l’agriculture ligérienne et le signe que « les mentalités évoluent ».
Les achats des substances les plus dangereuses augmentent
Si l’on rentre . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 11 minutes

Par Julie Reux