Le résultat des appels d’offres n’a pas encore été annoncé officiellement mais les marchés des travaux pour la construction du nouveau CHU de Nantes viennent d’être attribués. D’après les informations de Mediacités, confirmées par plusieurs sources, trois groupements se partageront le gros œuvre de ce chantier hors-normes, l'un des plus importants de ces dernières années en matière de construction hospitalière : 200 000 mètres carrés de surface et un budget évalué désormais à 1,2 milliard d'euros. Il s’agit des groupements d’entreprises Vinci - ETPO, Legendre - GCC - ETPO, et de la société Cardinal. 

Avec 89 000 mètres carrés à bâtir (50,9 % de l’ensemble des lots attribués jusqu’ici), Vinci, numéro 1 français du BTP, se positionne comme le principal constructeur. Il aura en charge – avec le groupe ETPO (Entreprise de Travaux Publics de l’Ouest, spécialiste notamment des travaux maritimes et fluviaux) – le bâtiment central (L) qui comprend le plateau médico-technique (imagerie, blocs opératoires et obstétricaux…), les trois bâtiments (C, D, E) qui regroupent la biologie et les fonctions liées aux urgences, en lien avec l’hélistation en toiture, ainsi que le bloc logistique et technique (F). Enfin, « en option », un bâtiment (O – 8 000 mètres carrés) qui accueillera des fonctions tertiaires, la médecine du travail et encore l’école des sages-femmes. 

ANNEXE à l'avis de préinformation CHU IDN (3) (1) (glissé(e)s)

Un bâtiment encore non attribué

Associé à GCC et, comme Vinci, à ETPO, le groupe Legendre (2 100 salariés, 630 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020) s’est vu confier la réalisation des pôles cliniques : consultations, ambulatoire médical et chirurgical, unités d’hospitalisations… Soit quatre bâtiments (H, I, J et K) et une surface de 63 000 mètres carrés (34 % des lots attribués). De son côté, Cardinal (750 salariés, 150 millions d’euros de chiffre d’affaires), filiale bâtiment du groupe NGE, aura en charge l’édification des bâtiments A et B, qui correspondent respectivement à l’entrée principale et au futur Institut de Recherche en Santé (IRS 2020), pour un surface totale de 23 000 mètres carrés (13,1 % des lots attribués). 

A noter que le pôle Femme-Enfant-Adolescent (bâtiment G – 23 000 mètres carrés), qui se situera le long du boulevard Gustave Roch aménagé, n’aurait, lui, pas été attribué, d'après les documents que Mediacités a pu consulter. 

Chantier à un milliard d'euros

Parmi les trois géants du BTP français, Vinci avait été le seul à postuler pour ce chantier pharaonique (Eiffage nous a confirmé n’avoir pas donné suite à l’appel d’offre et, d’après nos informations, Bouygues ne se serait pas positionné non plus) qui doit s’achever à l’horizon 2026 et dont les conditions d’exécution promettent d’être particulièrement complexes, comme Mediacités l’avait détaillé dans une précédente enquête. Comptant près de 20 000 salariés et réalisant un chiffre d’affaires de 4,8 milliards d’euros, le numéro 1 français du BTP est loin d’être un inconnu à Nantes. Ces dernières années, le groupe et ses filiales ont notamment mené le chantier de l’ensemble Ilink sur l’île de Nantes, celui de la nouvelle école de design ou encore celui du nouveau siège régional d’Orange, dans le quartier Halluchère-Batignolles.

On sait désormais qui bâtira le - très controversé - futur CHU de Nantes, et combien devrait coûter cet immense chantier : 1,2 milliard d'euros soit près du double de la somme annoncée lors du lancement du projet en 2010 (630 millions d’euros). La pose de la première pierre est prévue à l'automne 2021 pour une ouverture du nouvel établissement espérée en 2026.

Mise à jour du 08 juillet à 8h00 : Suite à la publication de cet article, le CHU de Nantes a officialisé le nom des entreprises choisies, confirmant nos informations. Nous avons légèrement modifié la fin de l'article pour indiquer le montant officiel des travaux prévus.


Retrouvez toutes nos enquêtes sur le projet de nouveau CHU à Nantes