Grand port de Nantes – Saint-Nazaire : derrière le douloureux audit interne, la crise industrielle qui couve

Mediacités a pu consulter un audit interne qui confirme la détérioration du climat social au siège du Grand Port Maritime de Nantes - Saint-Nazaire depuis trois ans. Un mal-être des salariés qui cache une crise plus profonde : celle qui plane sur l’avenir de ce site industriel, 4e port français, qui peine à sortir de sa dépendance aux énergies fossiles.

port St_Nazaire_terminal_methanier
Stockage d’hydrocarbures dans le port de Saint-Nazaire. / Google Earth

En ce 25 janvier, dans l’immense hangar de toile installé derrière le terminal roulier de Montoir, au pied du pont de Saint-Nazaire, la température dépasse à peine zéro degré. Une ambiance glaciale pour dévoiler, en conférence de presse, le bilan 2021 du GPM (Grand Port Maritime) de Nantes - Saint-Nazaire. Les chiffres annoncés ne permettent pas de réchauffer l’atmosphère. L’année dernière, le trafic du port (19 millions de tonnes) a dégringolé, retrouvant le niveau des années 1980. La chute de la consommation des énergies fossiles en raison de la crise Covid a mis en évidence le handicap majeur du port

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 12 minutes

Par Antony Torzec