À Nantes, Johanna Rolland enterre sa promesse de créer une salle d’obsèques civiles

Engagement de campagne de Jean-Marc Ayrault, puis de Johanna Rolland, la salle d’obsèques civiles réclamée par l’association la Maison des Adieux, ne verra finalement pas le jour durant ce mandat. Décryptage d’une revendication vieille de plus de quinze ans.

enterrement
Contrairement à d’autres métropoles, Nantes ne dispose toujours pas d’une salle consacrée aux obsèques civiles. / Image d’illustration – Pixabay

Cette fois-ci, les membres de la Maison des Adieux y croyaient. Johanna Rolland l’avait promis : une salle d’obsèques civiles serait construite dans la métropole pendant son deuxième mandat. Las… Le 24 janvier 2022, les élus à l’état civil Elhadi Azzi et à la relation aux usagers Aïcha Bassal ont finalement annoncé à l’association que « cet engagement de mandat n’a pas pu être validé financièrement dans la planification pluriannuelle d’investissements du mandat 2020-2026. » Question de budget. Selon les estimations de l'association, construire une telle salle coûterait entre 1 et 1,5 million d'euros. Trop, selon la mairie. « C'est une question budgétaire, explique ainsi Elhadi Azzi. Si on met 1 ou 2 millions d'euros alors que l'utilisation n'est pas là...»

Mobilisée depuis 2006, l’association La Maison des Adieux est plus que déçue.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Sarah Boucault