Rideau sur « Le 23 ». Après six mois de clôture « temporaire », la Ville de Nantes a décidé de mettre fin définitivement et discrètement à l’expérimentation culturelle dans l’ex-salle Bretagne, l’un des 15 lieux « à réinventer » confiés par la municipalité aux habitants et aux associations. Géré par l’association Big City Life, l’espace culturel et festif qui y avait ouvert en septembre 2020 était depuis au cœur d’insolubles conflits de voisinage, les habitants dénonçant régulièrement le bruit et le désordre occasionnés lors des soirées. Le 24 février dernier, la Ville leur a fait parvenir un courrier leur annonçant « la résiliation à l'amiable de la convention d'occupation, cela dans un délai raisonnable afin de laisser à l'association la possibilité de s'organiser ». 

Les riverains de l’ancienne salle de cinéma des Hauts-Pavés ne sont d’ailleurs pas les seuls à pointer du doigt l’action de Big City Life. Dans des témoignages rassemblés par Mediacités, une demi-douzaine de salariés et anciens salariés de cette association créée en 2014 déplorent vivre ou avoir vécu en son sein un « enfer », bien loin de l’image jeune et cool que peut véhiculer cette structure hybride, à mi-chemin entre un média, une association et un organisateur d’évènements.

Ils mettent en cause son fondateur Nicolas Bénardeau, 33 ans, récemment présenté par Ouest-France comme « un rassembleur » et « une figure marquante de l’année [2021] ». De fait, le trentenaire « à l’air étudiant, enjoué et hyper-sympa à première vue », comme le dépeint un partenaire, réussit à drainer beaucoup de Nantais, plutôt jeunes, dans le sillage de son « média qui fait bouger la ville ». Une jolie réussite pour quelqu’un qui n’est pas vraiment issu du sérail culturel local.             
Jusqu'à 151 000 euros de subventions annuelles
La page Facebook de « Big City » agrège ainsi 53 000 abonnés, son compte Instagram 27 000. Quant au site, sorte d’agenda culturel tendance, sur lequel on peut payer pour apparaître (nous y reviendrons), il revendique pas moins de 30 000 visiteurs uniques par semaine, dont les deux . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.