Nantes, place-forte du dessin engagé

Le doit-elle à sa qualité de vie supposée, à sa vivacité créative ou à sa culture contestataire ? Toujours est-il qu'exercent à Nantes près de 300 artistes, œuvrant dans le dessin, l'illustration ou la bande-dessinée. Un vivier insoupçonné dont émergent des plumes acérées et très politiques.

Loïc Sécheresse_une
(c) Loïc Sécheresse. – Installé à Nantes depuis 2016, le dessinateur Loïc Sécheresse a récemment publié ses Carnets de manifs, ouvrage réalisé avec Cyril Pedrosa. / (c) Loïc Sécherese

Son visuel sobre et percutant a fait le tour des réseaux sociaux des mois durant. Avec cette simple question - « Où est Steve ? » -, le dessinateur Loïc Sécheresse, accompagné d’un collectif de nantais et nantaises, a permis de maintenir la pression autour de l’affaire qui a bouleversé la métropole après la mort par noyade dans la Loire de Steve Maia Caniço, suite à une charge policière en marge de la fête de la musique.

En 2015, déjà, après l’attentat à Charlie Hebdo, l’artiste avait pris la plume pour représenter un poing ensanglanté serrant un crayon. C'était un an avant de s'installer à Nantes. A l'époque, il hésitait encore avec Bruxelles. « Deux villes de la BD, explique-t-il.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Elsa Gambin