Michel Leclerc, le père du business de la mort qui voudrait marquer l’Histoire

Le petit frère d'Edouard Leclerc, fondateur des supermarchés du même nom, est l’une des figures emblématiques de la libéralisation du marché des pompes funèbres dans les années 1990. Inventeur loufoque prêt à tout pour arriver à ses fins, l’octogénaire entend continuer à exercer une influence dans le secteur via l’entreprise nantaise de son fils Florian.

2023-12-Michel Leclerc-Pompes funebres
Ex-baron des pompes funèbres dans les années 1980-1990, Michel Leclerc, 85 ans, compte bien continuer à influencer le milieu. Illustration : N.Barriquand/Mediacités.

C’est une longère en pierres comme la ville de Villemeux‐sur‐Eure (Eure‐et‐Loir) en voit tant. Sur l’un des murs intérieurs, le portrait du général de Gaulle veille. Il garde un œil sur un vieux piano, orné de chandeliers éteints, que personne n’utilise. Devant la maison, une voiture cabossée, garée à même la pelouse du jardin, dont le rétroviseur droit ne tient qu’à un bout de scotch et beaucoup de chance. Elle vient d’ailleurs de perdre une nouvelle pièce. La faute au trottoir trop haut qui a éraflé le dessous du capot.

Cette voiture, c’est Michel Leclerc qui la conduit. On se demande bien comment d’ailleurs, car l’octogénaire ne peut compter que sur son œil droit pour le guider. L’autre « est mort » dans une mauvaise chute contre le coin du canapé il y a bien longtemps. Au volant, il n’hésite pas à décrocher son vieux téléphone à clapet, vestige des années 2000. Par miracle, ou peut‐être grâce à des années de pratique, le voici arrivé à bon port, sur la pelouse de sa maison en pierres, à Villemeux‐sur‐Eure, non loin de Dreux.

Michel Leclerc voit le jour en 1939, benjamin d’une grande et illustre fratrie de 15 frères et sœurs. « Le dernier et le seul qui reste ! », souligne l’homme de 85 ans, qui se plaît à raconter ses premières années, animé par un devoir de mémoire et le plaisir de s’écouter parler. Car Michel Leclerc, c’est surtout un excellent orateur, un genre de père Castor en costume bleu. « Je suis né la veille de la déclaration de guerre, le 21 août 1939, annonce‐t‐il, solennel. Ça n’a pas été une vie facile au départ. »

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 12 minutes

Favorite

Par Brianne Cousin