Services publics délégués au privé : entre lobbying et pantouflage

La journaliste Isabelle Jarjaille publie aujourd'hui "Services publics délégués au privé : à qui profite le deal ?" (Editions Yves Michel), plongée sidérante dans les coulisses des contrats désastreux passés par l'Etat ou les collectivités locales avec des entreprises. En exclusivité, Mediacités en publie un extrait.

NDDL Non
En juin 2006, les opposants à NDDL réalisaient une fresque humaine pour dire leur opposition. Douze ans plus tard, ils triomphent… mais l’Etat va devoir indemniser Vinci / Photo: Wikipedia Commons

Qu’est-ce qui fait courir nos élus pour déléguer la gestion des services publics au privé ? Par qui, par quoi, sont-ils influencés ? Quels réseaux œuvrent pour favoriser le développement des partenariats publics-privés ? Dans quels lieux, à quels moments, comment cela se joue-t-il ? (...) Comme l’écrit Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’État : « Le peuple ne peut accepter de déléguer ses pouvoirs à des gouvernants […] que s’il a l’assurance que ceux-ci servent exclusivement l’intérêt général et non leurs intérêts propres. » Pourtant au cœur du système politique, deux logiques extrêmement fortes laissent planer le doute sur le fait que nos dirigeants servent l’intérêt général.

Tout d’abord le lobbying, terme anglais qui signifie pression, tout à fait légal et organisé, exercé par de nombreux cabinets, dont le travail consiste à influencer la décision publique, par le biais de pressions, plus ou moins fortes, sur les décideurs publics. Ensuite le pantouflage, connu également sous le nom de portes tournantes, ou plus souvent sous l’anglicisme revolving doors, qui consiste à faire des aller/retour entre l’administration publique et des entreprises privées, au fil de sa carrière. Dans un rapport paru en février 2017, la fondation Terra Nova écrivait d’ailleurs : « Le pantouflage de hauts fonctionnaires est devenu suffisamment courant pour qu’on puisse se demander si leur carrière publique ne constitue pas qu’un préalable planifié à leur carrière privée. » (...)

Pantouflage, les transports français en réseaux

« Faire un aller simple, de la fonction publique vers le privé, ce n’est pas un problème, assure Alain Vidalies, ancien . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Isabelle Jarjaille