Élus de l’opposition cantonnés au silence : un déni de démocratie locale

« Silence dans les rangs... de l'opposition ! » Dans la plupart des villes françaises, les élus minoritaires n'ont le plus souvent que très peu voix au chapitre. La loi leur donne pourtant accès à tous les outils de communication de la collectivité, réseaux sociaux compris. Enquête sur un droit trop souvent bafoué.

Marianne_2

«Tout élu devrait d’abord passer par la case “opposition” pour ressentir à quel point notre démocratie locale est fragile. » L’auteur de ce vœu, Laurent Carpels, sait de quoi il parle. Conseiller municipal d’opposition à Fretin dans la banlieue sud de Lille

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Antony Torzec