Virée pour « deux bouteilles d'eau, deux madeleines et un petit pain appartenant à l'établissement » : jamais Sophie* n'aurait pensé perdre son emploi de cette façon. « Nous avons retrouvé ces aliments dans un sac plastique qui se trouvait dans la housse de votre chariot », reproche la lettre de licenciement adressée le 26 avril 2021 à cette trentenaire, agent de service hospitalier (ASH) au Val d'Ouest depuis novembre 2015. Dans cette clinique implantée à Écully, près de Lyon, comme dans beaucoup d'autres établissements hospitaliers, le marché du nettoyage est sous-traité. Au Val d’Ouest, c’est l'entreprise Biomega qui officie depuis février 2021.

Outre le prétendu vol de gâteaux et de bouteilles d’eau que l’ASH réfute [lire plus bas], l’entreprise de propreté accuse Sophie d'avoir utilisé des « lavettes bleues  » qui appartiennent à la clinique, au lieu de

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois