Pourquoi la situation est explosive au CHU de Toulouse

Au début de l'été 2016, le CHU de Toulouse a été confronté à quatre suicides. Entre manifestations, grèves, expertises et convocations disciplinaires, la situation ne cesse de se détériorer depuis. Le dialogue entre la direction et les syndicats est aujourd'hui au point mort.

Titre : Toulouse (31) : l’hopital de Toulouse Rangueil
L’hôpital de Toulouse Rangueil. ©ANDIA

« On sent que la direction est en train de sonner la fin de la récré ». Pauline Salingue, déléguée CGT et membre du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l'hôpital de Purpan à Toulouse, tapote nerveusement sur la table en bois, au milieu du jardin d'enfants de sa résidence du quartier de Jolimont. La trentenaire surveille sa fille qui glisse sur un toboggan. Dans ses mains, elle tient trois feuilles. Ce sont trois convocations disciplinaires, signées de la main du directeur général du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Toulouse et du directeur adjoint du pôle Ressources humaines. « Et j'en ai encore trois autres comme ça, qui visent toutes des membres de la CGT », annonce-t-elle. Autant de preuves d'une situation devenue intenable entre les syndicats et la direction de l'hôpital.

Un suicide met le feu aux poudres

Le dialogue social était déjà tendu depuis plusieurs années, selon la CGT. Mais, le 13 juin 2016, tout s'emballe. Dans la nuit, un infirmier du service d’hypertension artérielle du site de Rangueil met fin à ses jours. Sa collègue le retrouve enfermé dans le bureau qu'ils partagent, vers 9 heures. Une fois la porte forcée par les employés de sécurité, le personnel de l'hôpital ne peut que constater le suicide. Par « injection de curare [substance qui provoque une paralysie des muscles, NDLR] et anesthésiant », précise le rapport de la commission d'enquête interne du CHU, daté de juillet 2016 et consulté par Mediacités. Le jour-même du suicide, une procédure de Danger grave et imminent (DGI) est initiée pour permettre la tenue, sous 24 heures, d'un CHSCT extraordinaire. Le personnel est réuni le 13 juin à 13 h 30, puis l'épouse de l'infirmier et sa sœur sont reçues une heure plus tard.

https://twitter.com/France3MidiPy/status/743750833192329216

Une cellule de soutien psychologique arrivée trop tardivement

Le cabinet Addhoc est chargé par le CHSCT du CHU de Toulouse de l'enquête concernant le suicide. Plusieurs mois avant le drame, dès le début de l’année 2016, un membre du CHSCT . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Alice Patalacci