Depuis le 28 avril, tout va de mal en pis pour l’association Ecran 7, exploitant historique du cinéma de Plaisance‐du‐Touch, à l’ouest de Toulouse. Ce jour‐là, le maire de la ville décide de remettre en cause l’occupation gratuite des locaux par l’association. Le 1er juin, un appel à concurrence pour l’occupation du cinéma est donc lancé en conseil municipal, incluant cette fois une contrepartie financière. Surprise : une nouvelle association, inconnue jusque‐là, est sur les rangs : Ciné Arts Plaisance (CAP). C’est leur projet qui est sélectionné par une commission d’élus, notamment grâce à une proposition de redevance plus intéressante pour la mairie, avec une part fixe à  40 000 € et une part variable de 1% du chiffre d’affaires annuel jusqu’à 800 000 € et 2% du chiffre d’affaires au‐delà.

Le 29 juin, le conseil municipal entérine ce choix et autorise le maire à signer une nouvelle convention d’occupation avec l’association CAP, chose faite le 5 juillet dernier. Attaqué en justice par Ecran 7, le texte est finalement validé par le tribunal administratif le 23 août dernier.

Pas de nom, pas de chiffre

Fin de l’histoire ? Pas tout à fait. Car, à la lecture de cette nouvelle convention, plusieurs problèmes surgissent. D’abord, contrairement aux usages, aucun nom n’est cité pour désigner l’association Ciné Arts …

Il vous reste 62% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !