Jean Tirole : les ambiguïtés d’un business

Le prix Nobel 2014 jure que « les scientifiques ne travaillent pas pour l'argent ». Pourtant, à la Toulouse School of Economics, il est à la tête d'un système qui lui permet, ainsi qu'à une cinquantaine de chercheurs, de bénéficier de primes et de mener des activités de conseil lucratives.

JEAN TIROLE-01
Jean Tirole le jour de sa nomination au prix nobel d'économie. 13 octobre 2014, Toulouse. Photo: Frédéric Scheiber.

Jean Tirole aime à se faire passer pour l’incarnation de la retenue. Voire du désintéressement. Il avait confirmé ce sens de l’humilité dans une interview donnée à Paris Match en 2015 : « Les scientifiques ne travaillent pas pour l’argent ». Sans doute. Ceci n’empêche pas le prix Nobel 2014 de compléter astucieusement son salaire de professeur, qui plafonne en fin de carrière à environ 5 000 euros mensuels, par divers moyens.

Depuis 1994, Jean Tirole est le président d’une société par actions simplifiées baptisée Tirole Economie. Cette société mène des activités de « conseil, consultation, assistance, prestations intellectuelles dans le domaine de la micro‐économie, économétrie, économie industrielle et économie financière ». La loi Le Pors interdit aux fonctionnaires « la participation aux organes de direction de sociétés ou d’associations », sauf les associations à but non‐lucratif du genre « association de quartier », ou à caractère « social et philanthropique », etc. Une exception notable est prévue dans le cas où le fonctionnaire concerné n’occupe qu’un emploi à temps partiel d’un maximum de 70 %. Est‐ce le cas de Jean Tirole ? A‑t‐il diminué son contrat de travail – et son traitement – de 30 % pour pouvoir présider son entreprise ? Cela semble peu vraisemblable. Mais nous ne le saurons pas puisque l’intéressé n’a pas souhaité répondre à notre sollicitation.

Ce que l’on sait, en revanche, c’est que la petite entreprise ne connaît pas la crise. Sur la période 2005–2010, elle a engrangé la coquette somme de 319 000 euros. A cette époque, Tirole Economie était une société civile dont le capital était partag …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Frédéric Dessort