Les plongées dans les comptes de campagne sont souvent instructives. Celle que Mediacités a mené dans ceux de Monique Iborra pour les législatives de 2012 mérite qu’on s’y arrête. La députée de Haute‐Garonne (ex‐PS, désormais chez La République en Marche et vice‐présidente de la commission des affaires sociales) a dépensé un total de 50 527 € TTC. Surprise : en épluchant les comptes dans le détail, on trouve 13 factures réglées à Com La Boite, l’entreprise de communication dirigée par sa fille Sophie Iborra, pour un montant de 27 688,13 € TTC. Soit 55 % du total des dépenses. Rappelons au passage que l’Etat a remboursé 35 348 € à Monique Iborra, ce qui correspond à 47,5% du plafond des dépenses autorisés dans sa circonscription…

Les factures, auxquelles Mediacités a eu accès via la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), ont été émises entre le 9 février et le 15 juin 2012. Elles portent notamment sur la conception, création et réalisation du site Internet de campagne moniqueiborra2012.fr (7 774 €) ; une prise de vues avec un photographe professionnel (1 194 €) ; des honoraires pour la conception et la réalisation des outils de communication de campagne de Monique Iborra (4 382 €) ; l’habillage de la permanence parlementaire (1 427,31 €) ; ou encore 9 factures d’impression de tracts ou d’affiches.

En juin 2012, Monique Iborra a été élue sous l’étiquette PS avec

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !