Midi Libre : les dessous d’un journal en crise économique

Outre une baisse chronique de sa diffusion papier et de ses ventes en kiosque, le quotidien régional connaît une inquiétante chute des recettes publicitaires. Or le plan triennal engagé après le rachat du titre par le groupe La Dépêche arrive à terme. Le PDG Jean-Michel Baylet semble contraint de solliciter un nouvel emprunt auprès des banques.

ML-doc
Photo : Le D’Oc..

C'est inédit. La diffusion payante du journal Midi Libre vient de passer en dessous de la barre hautement symbolique des 100000 exemplaires par jour. En un an, sur l'exercice 2017-2018 (de juillet à juin), la diffusion payée du quotidien régional est passée de 101423 à 98960 selon l'Alliance des chiffres pour la presse et les médias (ACPM). Ce qui représente une baisse significative de 4,72% par rapport à la période précédente. Soit l'érosion la plus importante sur les 17 premiers titres les plus diffusés en France, Midi Libre se situant désormais à la 13e place de ce classement. En à peine quatre ans, le journal a perdu 16859 exemplaires. Les ventes en kiosque s'effondrent aussi. L'édition montpelliéraine, sur son tissu urbain, ne constituerait plus que 7000 achats en kiosque, contre 30000 il y a quelques années. Un chiffre alarmant quand on sait que la vente au numéro reste encore bien plus importante (44%) que la version numérique (4,7%).

Malgré le rachat en 2015 par le groupe La Dépêche de Jean-Michel Baylet, le titre de presse ne cesse de s'enfoncer. A l'époque, le business plan nommé Top 14 prévoyait de « gagner en productivité ». Il fallait « repenser toutes les organisations dans les rédactions, aux rotatives, à la régie (publicitaire, ndlr) », expliquait alors Bernard Maffre, le vice-président du groupe. Il est donc prévu de faire partir 191 personnes, dont 40 journalistes, sur un effectif qui comprenait 942 salariés. Le but est clair : pour que l'acquisition devienne un succès, il faut en priorité réduire les charges. En ciblant notamment les journalistes pour lesquels un salaire annuel reviendrait à 75000 euros pour l'entreprise, d'après les chiffres régulièrement avancés en interne. Le calcul est simple : la . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Benjamin Téoule (Le D'Oc)