Star du numérique toulousain, l’accélérateur de start-up Ekito explose en vol

Référence de l'accompagnement des jeunes pousses de la ville rose depuis trois ans, chouchou des politiques, Ekito est aujourd’hui aux portes du tribunal de commerce. La faute à un patron qui a vu trop grand, trop vite ? Retour sur un naufrage.

Grand Builder
Le “Grand Builder”, immeuble amiral de l’accélérateur de start-up Ekito, a été inauguré en février 2015 en présence d’Axelle Lemaire, alors secrétaire d’État au numérique. Photo : Gael Cerez

«Savoir qu'on peut se planter est une nécessité pour pouvoir prendre des risques. Derrière chaque réussite, il y a des années d'erreurs. » Benjamin Böhle-Roitelet, cofondateur et président de l'accélérateur de start-up Ekito, s'exprimait ainsi, en 2015, en ouverture du FailCon, une conférence sur les vertus de l'échec dont il était l'organisateur. Trois ans plus tard, le patron quadragénaire pourrait remonter sur une scène similaire... mais cette fois pour témoigner de sa propre expérience.

Articles de presse, visites d’élus, partenariats avec des grands groupes, organisation de conférences... Ekito a su imposer son nom dans le microcosme toulousain des start-up et des nouvelles technologies. En mai dernier, l’entreprise accueillait encore un atelier de la Région Occitanie sur les industries créatives et culturelles

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Gael Cérez