En douze semaines de mobilisation, Toulouse s’est affirmée comme l’une des places fortes du mouvement des « gilets jaunes ». Une particularité qui s’explique par le terreau frondeur historique de la Ville rose qui attire une colère populaire venue de toute la région, comme l’explique cet article de Mediapart que nous reproduisons . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 900 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !