Le docteur Jean-Jacques Charbonier, 62 ans, est un anesthésiste expérimenté qui exerce à la clinique privée La Croix du Sud, un établissement flambant neuf du groupe suédois Capio regroupant depuis l’automne dernier à Quint-Fonsegrives les anciennes cliniques du Parc et Saint-Jean Languedoc. Mais l’homme se passionne aussi pour la vie dans l’au-delà et mène des recherches sur le sujet depuis plusieurs années. Sa doctrine distingue ce qu’il nomme la « conscience analytique cérébrale » (CAC) de la « conscience intuitive extraneuronale » (CIE). Selon lui, la CAC permet à l’individu de percevoir son environnement au quotidien et s’éteint lors de son décès. La CIE, elle, se manifeste dans certaines circonstances : lors d’une expérience de mort imminente, après la mort clinique ou sous hypnose. Elle pourrait favoriser, selon Jean-Jacques Charbonier, un contact avec les morts...

L’affaire a l’air farfelue ? Pas pour tout le monde. Au début des années 2010, Michel Puig - alias Marc Leval - s’intéresse aux idées du docteur Charbonier, dont l’éditeur Guy Trédaniel publie les livres. Animateur à Sud Radio, il l’invite à plusieurs reprises dans ses émissions. Il explique : « J’ai toujours été fasciné par ce genre de sujets, des neurosciences aux NDE ("near-death experiences",ou "expérience de mort imminente") en passant par la vie de l’au-delà. Il y a un côté très spirituel qui m’attire beaucoup. » D’autres médias reçoivent régulièrement le médecin qui témoigne des expériences de mort imminente auxquelles il dit avoir assisté dans sa pratique de la réanimation.

« J’ai eu la sensation de sortir de mon corps »

Il y a trois ans, le docteur Charbonier décide de mettre en application ses travaux en créant des ateliers de « Trans communication hypnotique » (TCH). Leur principe : « Apaiser les souffrances du deuil ou les angoisses de la mort en facilitant des vécus subjectifs sous hypnose. » Pour cela, il recourt au service de la . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 900 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Philippe Kallenbrunn
Journaliste de sport, avec un penchant prononcé pour le rugby, j'ai travaillé au sein des rédactions de Midi Libre, France Soir et Midi Olympique. Je collabore essentiellement aujourd'hui au Journal du Dimanche et au Figaro. J'ai récemment publié deux livres d'enquête : "Les années Saint-André, autopsie d'un fiasco" (Solar, mars 2016) et "Peur sur le rugby" (Marabout, septembre 2017).