Il prétend aider à contacter les morts : le business du sulfureux docteur Charbonier

En marge de son activité dans une clinique près de Toulouse, Jean-Jacques Charbonier vend des prestations d’hypnose au cours desquelles les participants pourraient entrer en contact avec leurs défunts. Malgré une condamnation récente par l’Ordre régional des médecins, son commerce perdure. [Actualisation le 19 juin 2019 : un droit de réponse a été publié à la suite de cet article conformément aux obligations légales. Mediacités ne retire rien de ses propos.]

l’homme qui parle aux morts
Illustration : Jean-Paul Van der Elst

Le docteur Jean‐Jacques Charbonier, 62 ans, est un anesthésiste expérimenté qui exerce à la clinique privée La Croix du Sud, un établissement flambant neuf du groupe suédois Capio regroupant depuis l’automne dernier à Quint‐Fonsegrives les anciennes cliniques du Parc et Saint‐Jean Languedoc. Mais l’homme se passionne aussi pour la vie dans l’au-delà et mène des recherches sur le sujet depuis plusieurs années. Sa doctrine distingue ce qu’il nomme la « conscience analytique cérébrale » (CAC) de la « conscience intuitive extraneuronale » (CIE). Selon lui, la CAC permet à l’individu de percevoir son environnement au quotidien et s’éteint lors de son décès. La CIE, elle, se manifeste dans certaines circonstances : lors d’une expérience de mort imminente, après la mort clinique ou sous hypnose. Elle pourrait favoriser, selon Jean‐Jacques Charbonier, un contact avec les morts…

L’affaire a l’air farfelue ? Pas pour tout le monde. Au début des années 2010, Michel Puig – alias Marc Leval – s’intéresse aux idées du docteur Charbonier, dont l’éditeur Guy Trédaniel publie les livres. Animateur à Sud Radio, il l’invite à plusieurs reprises dans ses émissions. Il explique : « J’ai toujours été fasciné par ce genre de sujets, des neurosciences aux NDE (« near‐death experiences »,ou « expérience de mort imminente ») en passant par la vie de l’au-delà. Il y a un côté très spirituel qui m’attire beaucoup. » D’autres médias reçoivent régulièrement le médecin qui témoigne des expériences de mort imminente auxquelles il dit avoir assisté dans sa pratique de la réanimation.

« J’ai eu la sensation de sortir de mon corps »

Il y a trois ans, le docteur Charbonier décide de mettre en application ses travaux en créant des ateliers de « Trans communication hypnotique » (TCH). Leur principe : « Apaiser les souffrances du deuil ou les angoisses de la mort en facilitant des vécus subjectifs sous hypnose. » Pour cela, il recourt au service de la société ABC …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 9 minutes

Favorite

Par Philippe Kallenbrunn