A l’origine, cela ressemblait à une « simple » histoire de harcèlement. Le mercredi 4 septembre 2019, Laila* est rouée de coups à la sortie du collège Lamartine, dans le quartier Saint-Cyprien à Toulouse, par des élèves du même établissement. La scène, filmée, est diffusée sur les réseaux sociaux Snapchat et Twitter. Son histoire est rapportée dans La Dépêche du Midi. « J’étais folle quand j’ai vu la vidéo ! », raconte Nadine*, sa mère. Pour autant, son mari et elle ne se sentent pas soutenus par la direction du collège Lamartine, qui dément que les agresseuses de Laila sont scolarisées en son sein. Les parents décident donc de changer leur fille d’établissement, pour garantir sa sécurité et dans l’espoir que leur vie reprenne paisiblement son cours.

Un lanceur d’alerte

Après avoir recueilli les témoignages de plusieurs élèves, Dominique*, un membre de l’équipe éducative du collège Lamartine contacte de sa propre initiative la mère de Laila*, le 14 octobre. Il lui révèle – avec l’accord de Laila – que cette dernière a été victime d’un viol collectif en mars 2019, par trois élèves de l’établissement, aux abords du collège. « J’ai été mis au courant d’événements criminels, explique-t-il dans une lettre envoyée le 15 octobre au rectorat. Une autre vidéo aurait été tournée avant celle de l’agression [du 4 septembre]. Celle d’un viol collectif commis par trois garçons durant l’année scolaire 2018-2019. Plusieurs élèves m’ont confirmé l’avoir reçu et regardé via les réseaux sociaux. Ils m’ont aussi dit qu’elle serait la raison du lynchage de Laila. »

En réalité, ce sont plusieurs vidéos qui auraient circulé parmi les collégiens. D’après nos informations, le Conseiller Pédagogique d’Education (CPE) du collège Lamartine en aurait par ailleurs visionné certaines dès le printemps 2019. Contacté à ce propos, le Rectorat n’a pas donné suite à nos demandes.  

Une adolescente psychologiquement « détruite »

Nadine est anéantie par ce qu’elle apprend. « J’ai tout de suite appelé mon mari. Il était au travail. Je lui ai dit : ‘Laila a été violée’, il s’est mis à hurler. Il nous a rejoints, il était effondré, il pleurait. Je l’avais jamais vu comme ça. Nous avons tout de suite porté plainte. » Commence alors un tunnel de rendez-vous éprouvants pour Laila. Les 16 et 17 octobre, elle rencontre un médecin légiste, puis un expert psychiatrique, au commissariat central de Toulouse, qui la diagnostiquent psychologiquement « détruite » et « dépressive ». Dans la foulée, l’adolescente est ramenée par la police sur le lieu du viol : une résidence voisine du collège, dont le mur est mitoyen à la cour de récréation. « C’était très dur, il fallait tout détailler, redire comment ça s’était passé », raconte avec pudeur Laila.

Le soir même, la police la convoque à nouveau. « L’inspectrice me parle méchamment, elle me dit que je peux aller en prison si je mens. J’ai l’impression qu’ils ne me croient pas », témoigne l’adolescente. Malgré tout, ses agresseurs présumés sont arrêtés, le vendredi 18 octobre : Mathis*, aujourd’hui lycéen, à 6h30, à son domicile ; Solal* et Enzo* au collège Lamartine, à 8 h 30, en plein cours. Le lendemain matin, la police organise une confrontation avec la jeune fille : « Mathis avoue devant moi, raconte-t-elle. Lui, au moins, il assume. Pas comme Solal et Enzo. »

Pour Laila, c’est un soulagement : « Je me sens mieux maintenant que mes parents savent ». C’est aussi un déclic. Trois jours plus tard, pressée par sa mère, elle avoue qu’elle aurait été victime de trois autres viols collectifs entre avril et juin 2019. Au total, ce sont cinq adolescents – dont Mathis, Enzo et Solal – qui seraient impliqués. Sur les conseils de son avocate, la famille de Laila n’a pour l’instant pas porté plainte pour ces derniers faits. Nadine est éprouvée mais comprend, enfin, le comportement de sa fille depuis des mois : « Elle ne se changeait plus, dormait avec ses habits. Elle ne se lavait plus. Sa chambre était dans un bordel sans nom. Ça ne lui ressemblait pas ! Elle avait commencé à être suivie dans un Centre Médico-Psychologique, mais le pédopsychiatre m’avait dit ‘c’est normal, c’est une adolescente.’ »

Des parents remontés contre le rectorat et l’établissement

Surtout, les agissements de la direction du collège Lamartine s’éclairent. « Depuis mars, le principal et le CPE nous appelaient régulièrement, nous convoquaient pour prendre des nouvelles de Laila qui leur semblait triste, se rappelle Nadine. Ils me disaient aussi : ‘Votre fille est mignonne, elle est en pleine puberté, les garçons aussi. Elle doit faire attention.’ Mais quand je leur demandais ce qu’ils savaient, quand je m’inquiétais, ils me rassuraient ! »

Nadine se remémore également son dernier rendez-vous au rectorat, où elle se rend le mercredi 25 septembre, pour choisir un nouveau collège pour sa fille. À la demande expresse de la conseillère technique responsable départementale du service social en faveur des élèves, Laila est présente. « Lors d’une discussion en privé avec ma fille, se souvient Nadine, elle m’a dit qu’on lui avait présenté ses excuses pour ne pas l’avoir cru quand Laila avait affirmé que celles qui l’avaient frappée le 4 septembre venaient du collège. Elle a aussi dit que le principal du collège était au courant le jour-même de cette agression. Et que l’assistante sociale de l’établissement les avait tenus au courant du harcèlement que Laila avait subi. »

Aujourd’hui, les parents de Laila veulent comprendre les responsabilités de chacun. Car au-delà du harcèlement, que savaient le principal et l’assistante sociale du collège Lamartine en poste l’année scolaire dernière ? Le CPE en poste l’année dernière et cette année ? Le principal en poste cette année ? Et le rectorat ? « Le jour où nous avons appris le [premier] viol de Laila, nous avons porté plainte contre ses [présumés] violeurs. Mais aussi contre le rectorat et contre l’établissement Lamartine », assure Nadine, déterminée. La réalité est différente. « Aucune plainte contre le Rectorat n’a été déposée », affirme Clémence Doumenc, l’avocate de la mère de famille, à Mediacités. Une information que Nadine vient de découvrir, avec stupeur, ce 29 octobre. « Je viens de m’en rendre compte. C’est horrible », reconnaît-elle par texto, sans préciser ses intentions pour la suite.**

D’autres agressions à la rentrée

Ces potentiels dysfonctionnements pourraient dépasser le cas de Laila. Le 18 septembre, une deuxième adolescente du collège Lamartine, Romane*, aurait été violée par Enzo avec la complicité de Mathis. Une plainte est en cours d’instruction à ce sujet. Le 11 octobre, Solal aurait également agressé sexuellement une troisième élève, Anaïs*, qui aurait porté plainte à son tour dans la foulée.

Des quatre avocats des adolescents mis en cause, seul Me Alexandre Martin, l’un des deux avocats d’Enzo, nous a répondu : « Mon client reconnaît la matérialité [du premier acte sexuel, en mars], mais conteste l’absence de consentement. » Pour lui, « auteurs et victimes présumés [de ce dossier] ne maîtrisent pas le cadre de leur sexualité et les limites à poser. On est dans une sexualité sordide influencée par YouPorn. »

Libérés à l’issue de leur garde-à-vue, Mathis, Enzo et Solal sont aujourd’hui sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre au collège Lamartine, de se fréquenter et d’entrer en relation avec leurs victimes supposées. Interrogé sur le dossier, le Parquet de Toulouse a refusé tout commentaire. « L’affaire concerne des auteurs et une victime mineure, voire plusieurs ; en conséquence la loi interdit toute communication à ce sujet », précise le procureur de Toulouse Dominique Alzeari.

Un choc dans le milieu éducatif

Dans le milieu scolaire et éducatif, l’affaire est vécue comme un « choc ». Alertés la semaine dernière, plusieurs organisations syndicales et militantes comme les sections de Haute-Garonne des syndicats CGT Educ et Sud Educ, l’assemblée féministe Toutes en grève 31 et le Planning familial de Haute-Garonne ont rédigé ensemble un communiqué à paraître dans la journée du 29 octobre. « Depuis mars 2019, tout ou partie de la direction du collège et de la hiérarchie académique a eu connaissance de ces actes, sans jamais avoir pris aucune mesure de protection des victimes, dénoncent les signataires (…) Nous sommes profondément choqué·es devant l’inertie de l’institution (…) Cette situation appelle des éclaircissements rapides de la part de l’autorité académique quant à la non-gestion de cette situation. »

Ces organisations réclament « un soutien aux victimes et leur famille de la part de l’institution », « la mise en place d’une cellule psychologique » et « de formations contre la culture du viol et sur le consentement » et exigent « qu’une enquête administrative soit ouverte pour que lumière soit faite sur les responsabilités ». Un rassemblement sera organisé devant le collège Lamartine le lundi 4 novembre à midi, jour de la reprise des cours.

* Le prénom a été modifié
** Précision ajoutée le 29/10/2019 à 18h51.

Réactions des enseignants du collège  :

Dans un communiqué, daté du 14 novembre, les enseignants du collège Lamartine de Toulouse affirment – avec l’accord du principal de l’établissement –  « leur totale confiance en la justice pour déterminer les responsabilités de chacun dans cette affaire ». Ils rappellent n’avoir « à aucun moment eu connaissance de vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrant les viols d’élèves du collège » : « Si ce avait été le cas, nous les aurions signalé à la direction et fait notre travail de fonctionnaires ». « Non, le sexisme n’est pas diffusé dans notre établissement, poursuivent-ils. L’égalité des filles et des garçons est un principe fondamental. Des personnels enseignants participent plus particulièrement à des actions d’éducation à la sexualité ». « Nous continuerons notre action au quotidien pour la sécurité de nos élèves et à travailler dans un climat serein avec l’ensemble communauté éducative », concluent-ils.

Si vous avez des informations ou des documents à nous communiquer, vous pouvez utiliser notre plateforme d’alertes sécurisée :

Lancer une alerte

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour votre dossier.
    La presse nationale est très evasive sur ce cas.

    Beaucoup de questions soulevées par ce nouveau cas de comportements sur sexualisés commis par des adolescents.

Réagir à l'article

Connecté en tant que Léna Coulon. Se déconnecter ?

Merci d'entrer votre commentaire !