Quelle est l’influence réelle de Jean-Luc Moudenc à Paris ?

Le maire LR de Toulouse, soutenu par LREM, cultive une certaine proximité avec le président Macron et le gouvernement. Son influence grandissante au niveau national est brandie comme un faire-valoir à Toulouse, mais reste toute relative.

Moudenc
Jean-Luc Moudenc, lors de la présentation de sa liste, lors des élections municipales en 2020. / © Gael Cérez

Fait-il partie des élus qui « ont l’étoffe » d’un ministre, comme l’affirme sans hésiter Caroline Cayeux, la maire sortante (ex-LR) de Beauvais ? A la tête de l'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), celle qui brigue un quatrième mandat, avec sur sa liste des candidats LREM comme son homologue toulousain, en est persuadée. Par ailleurs présidente de l’association Villes de France, regroupant des communes de taille moyenne, Caroline Cayeux ne tarit pas d’éloges sur le maire sortant de la Ville rose, candidat à sa propre succession. Et ne s'étonne pas que le Journal du Dimanche du 14 juin 2020 ait fait figurer Jean-Luc Moudenc dans la liste de ceux qui pourraient être appelés au gouvernement lors du remaniement annoncé pour l'après-municipales ou la rentrée de septembre, aux côtés du maire d’Angers Christophe Béchu (ex-LR), du maire de Nice Christian Estrosi (LR) ou encore de l’ex-député PS, Jérôme Guedj.

« Moudenc ne serait pas contre être ministre sous Macron », croit savoir Philippe Laurent, secrétaire général de la puissante Association des Maires de France (AMF). La députée LREM (ex-socialiste) de la sixième circonscription de Haute-Garonne, Monique Iborra, se montre en revanche plus sceptique : « Je ne suis pas sûre qu’il soit intéressé par autre chose que les politiques locales et urbaines, peut-être la Région. Je le vois moins ministre, sauf peut-être des collectivités territoriales ou de la décentralisation », souligne-t-elle, admettant au passage, que, tout en étant LR, Jean-Luc Moudenc est « parfaitement Macron-compatible. Il a parfois pris des positions pas évidentes, comme lorsqu’il s’est prononcé favorablement sur le projet européen du président il y a quelques mois ».

L’intéressé balaie pourtant l’hypothèse du JDD d’un revers de main, affirmant qu’il refuserait un poste de ministre s'il était réélu au Capitole le 28 juin. En mai 2017, le président de Toulouse Métropole avait déjà été sollicité par Édouard Philippe pour former le premier gouvernement Macron. Il avait alors refusé. Ce qui ne l’avait pas empêché de signer, la même semaine, l’appel lancé par une vingtaine de personnalités des Républicains « à répondre à la main tendue d’Emmanuel Macron ».
Soigné par Macron... mais critique envers l'exécutif

Sans se séparer de sa famille politique des Républicains, le locataire du Capitole a obtenu, en octobre 2019, le soutien du parti présidentiel pour sa réélection avec la liste Aimer Toulouse. Un mariage d’intérêt, selon le politologue Dominique Reyni . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 9 minutes

Par Armelle Parion