Logement très social : le bailleur Soliha 31 dans la panade

Cette structure, chargée de loger les personnes en grande difficulté, accuse un déficit de près d'1 million d'euros en 2019. Une situation qui la contraint à réduire la voilure à un moment où ses bénéficiaires sont fragilisés par la crise sanitaire.

SOLIHA-11
Achetés en 2014, l’immeuble et la chartreuse de la rue Lamothe Langon, à Toulouse, ont fait l’objet de travaux largement sous-évalués et sont encore en cours en cette fin 2020. / © Frédéric Scheiber

L’association Soliha Haute-Garonne ne se retrouvera pas à la rue, mais elle paye cher sa gourmandise immobilière. Pour avoir maintenu un développement immobilier dispendieux malgré des alertes, l’association fait le grand plongeon sur son exercice 2019. Les comptes, consultés par Mediacités, affichent un déficit d’exploitation de 953 576 euros pour un exercice clôturé à moins 316 000 euros.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Caroline Carissoni