Au CHU de Toulouse, des soignants positifs au Covid obligés de travailler

Selon des témoignages recueillis par Mediacités, des soignants de l’hôpital de Rangueil ont été amenés à travailler alors qu’ils étaient contaminés par le Covid 19. Des cas, encore marginaux, qui consternent les syndicats et gênent la direction du CHU de Toulouse, car ceux-ci pourraient se multiplier en cas de pic épidémique.

REANIMATION CHU PURPAN-01(1) BQ
Des soignants du CHU de Toulouse. / © Frédéric Scheiber

"C’est incompréhensible ! », s’agace Jeanne, une infirmière de l’hôpital de Rangueil qui souhaite rester anonyme. Elle affirme que « plusieurs » professionnels de santé sont venus travailler alors qu’ils étaient positifs au coronavirus ces dernières semaines. Un témoignage que Mediacités a pu recouper et vérifier [voir encadré En coulisses en fin d'article]. Pour cette infirmière qui a passé 33 ans dans la profession, « les équipes sont épuisées et l’absentéisme est tel que certains cadres, avec l’assentiment de la direction, demande à certains soignants placés en quarantaine de revenir travailler. On retrouve ces personnes au chevet des patients qui sont parfois des sujets à risque. C’est un non-sens total », ne décolère pas la soignante.

Comme a pu le vérifier Mediacités, au moins deux personnes du pôle cardiovasculaire et métabolique du CHU de Toulouse ont travaillé alors qu’elles étaient contaminées dans les dernières semaines. Une autre n’a pas été isolée alors qu’elle présentait des symptômes de la Covid19.        

La direction de la santé au travail du CHU reconnaît « pouvoir imaginer que de telles situations se soient produites » tout en dénonçant des pratiques « contraires à la politique mise en œuvre par le CHU ». Pour Julien Terrier, porte-parole de la . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Etienne Merle