"C’est incompréhensible ! », s’agace Jeanne, une infirmière de l’hôpital de Rangueil qui souhaite rester anonyme. Elle affirme que « plusieurs » professionnels de santé sont venus travailler alors qu’ils étaient positifs au coronavirus ces dernières semaines. Un témoignage que Mediacités a pu recouper et vérifier [voir encadré En coulisses en fin d'article]. Pour cette infirmière qui a passé 33 ans dans la profession, « les équipes sont épuisées et l’absentéisme est tel que certains cadres, avec l’assentiment de la direction, demande à certains soignants placés en quarantaine de revenir travailler. On retrouve ces personnes au chevet des patients qui sont parfois des sujets à risque. C’est un non-sens total », ne décolère pas la soignante.

Comme a pu le vérifier Mediacités, au moins deux personnes du pôle cardiovasculaire et métabolique du CHU de Toulouse ont travaillé alors qu’elles étaient contaminées dans les dernières semaines. Une autre n’a pas été isolée alors qu’elle présentait des symptômes de la Covid19.        

La direction de la santé au travail du CHU reconnaît « pouvoir imaginer que de telles situations se soient produites » tout en dénonçant des pratiques « contraires à la politique mise en œuvre par le CHU ». Pour Julien Terrier, porte-parole de la CGT au CHU de Toulouse : « c’est scandaleux… même si on sait que l’on manque de personnels, comme d’ailleurs nous le dénoncions déjà avant la crise ».

Un protocole sanitaire plus souple que pour la population générale

Depuis le mois d’août, le CHU de Toulouse s’est doté d’un protocole strict pour encadrer les soignants présentant des symptômes de la Covid19. Une note de service, transmise par la direction du CHU à Mediacités détaille le protocole en place dans les établissements. En cas de test positif, le document ordonne une « éviction immédiate » du professionnel.

vdef_vpp_note_covid_depistage_et_suivi_des_personnnels_des_etablissements_de_sante_af_fh(1)

Selon Jean-Marc Soulat, chef du pôle santé publique et médecine sociale du CHU qui dirige le service santé au travail de l’hôpital, « entre 10 et 30 professionnels » sont testés positifs quotidiennement au CHU de Toulouse. « Notre politique est très claire : si le test est positif à la Covid19, la personne est immédiatement renvoyée chez elle. De la même manière, si quelqu’un est malade, il ne vient pas travailler », assure-t-il aujourd’hui.

En revanche, les professionnels de santé du CHU de Toulouse peuvent travailler lorsqu’ils sont seulement « cas contacts » ou asymptomatiques. Du moins, durant les 24 heures qui précèdent les résultats de leur test PCR. La direction s’appuyant, en partie, sur les recommandations du Haut conseil de santé public du 23 mai dernier .        

Ce protocole est plus souple que pour la population générale. Comme le recommande Santé publique France, « tout cas contact doit s’isoler immédiatement sans attendre le résultat des tests ».

Ce délai de 24 heures augmente-t-il le risque de contaminations des patients et des soignants ? « Oui » pour Julien Terrier, de la CGT qui dénonce le « risque qui est pris pour assurer la continuité des soins ». Mais pas pour le professeur Soulat qui voit « une surprudence » dans les mesures de lutte contre le coronavirus dans les entreprises. « La plupart des contaminations ne se font plus en milieu professionnel, mais dans les cercles familiaux ou d’amis. À l’hôpital, les gestes barrières sont strictement respectés », estime-t-il.

Une autre situation au sein de l’hôpital de Rangueil a attiré l’attention de Mediacités. Par téléphone, une infirmière, qui souhaite aussi rester anonyme et que son service ne soit pas cité [voir En coulisses], s’est retrouvée dans une situation qu’elle qualifie « d’étonnante ». « Mon conjoint est atteint du Covid19 et je n’ai plus de goût ni d’odorat depuis quelques jours. Mais mon test PCR s’est révélé négatif. On m’a donc demandé d’aller travailler » raconte-t-elle. « Pour moi, c’est sûr, mon test est un faux négatif » s’inquiète-t-elle. Par précaution, n’aurait-il pas fallu isoler cette infirmière ? « Ces symptômes évoquent la Covid mais ce n’est pas forcément ça. D’autres pathologies peuvent être responsables », rétorque Jean-Marc Soulat.

« Si on doit choisir entre sauver des vies ou fermer un service… on sauve des vie »

Si, actuellement, le nombre de soignants amenés à travailler tout en étant positifs reste marginal (le CHU compte 16 000 employés), une évolution forte de l’épidémie pourrait multiplier les cas. Un risque déjà pris en compte par la direction du CHU qui s’appuie sur les recommandations du Haut conseil de la santé publique. Dans un avis daté du 23 mai dernier, l’instance précisait que « dans le cas où un personnel non remplaçable serait porteur du SARS-CoV-2 et asymptomatique, la possibilité […] d’un maintien en poste avec un renforcement des mesures de précaution et d’hygiène est envisageable afin que la balance bénéfice/risque ne soit pas défavorable ».

Cette situation n’est pas spécifique au CHU de Toulouse. À Nice, Nantes ou dans l’Isère, des soignants ont aussi été amenés à travailler tout en étant positif au Covid19, révélait Le Parisien, le 14 octobre dernier. La stratégie est en tous cas assumée au CHU de Toulouse, notamment en cas de pic épidémique, comme le reconnaît, en substance, Jean-Marc Soulat. « Nous ne voulons pas de mort parce que des patients n’auraient pas pu être soignés, affirme le praticien. Donc si on doit choisir entre sauver des vies ou fermer un service [faute de personnels]. On sauve des vies. »

La grande crainte pour la direction du CHU de Toulouse, c’est que des opérations urgentes ne puissent pas être assurées. « Nous faisons tout pour que cela n’arrive pas. C’est pour cela que nous organisons quatre cellules de crise par semaine pour gérer l’organisation des services » assure le médecin, conscient de la « lassitude » des professionnels de santé.

Ce vendredi, chez nos confrères de France 3 Occitanie, le professeur Pierre Delobel, chef du service des maladies infectieuses du CHU expliquait que les hôpitaux du centre hospitalier de Toulouse étaient « en tension sur l’hospitalisation Covid en conventionnel avec une accélération forte du taux d’incidence à Toulouse qui dépasse la barre des 300 ». Un constat qui ne laisse guère de place à l’optimisme pour les prochaines semaines…        

Pour cet article, une vingtaine de coups de téléphone ont été passés par Mediacités entre le 21 et le 23 octobre 2020 suite à l’alerte d’une infirmière qui s’inquiétait de voir certains de ses collègues « travailler alors qu’ils sont positifs au Covid ». Des infirmières, des aides-soignantes, des chefs de services, et un cadre ont ainsi été contactés.

La plupart d'entre eux nous ont confirmé que des soignants testés positifs travaillaient dans leur service mais tous ont refusé de s’exprimer publiquement par peur que leur témoignage puisse les identifier. « Si on apprend que j’ai parlé, ce sera la chasse aux sorcières » ; « surtout vous ne citez ni mon nom, ni mon service » a-t-on notamment pu entendre. Notre journaliste a  tout de même pu s’entretenir une quinzaine de minutes par téléphone avec une professionnelle ayant travaillé tout en étant infectée par le Covid19. Au lendemain de cette discussion, cette dernière nous a fait savoir, par SMS, qu’elle ne souhaitait pas « apporter son témoignage, même de façon anonyme ».

Enfin, un cadre de service, dans lequel aurait travaillé des soignants positifs à la Covid, a aussi été contacté, mais n’a ni infirmé ni confirmé nos informations, préférant nous « renvoyer vers la direction ». Chose faite, vendredi 23 octobre, lors d'un entretien de plus d'une heure avec Jean Marc Soulat et son adjoint Fabrice Herin.

Malgré tout, Mediacités regrette que la pression – réelle ou ressentie- des professionnels de santé nuise à la transparence d’un sujet d’intérêt général.