Huit agentes de l’Ehpad municipal Pierre-Ducis portent plainte contre la direction

À l’Ehpad Pierre-Ducis, géré par le CCAS de Toulouse, les tensions autour de la gestion chaotique d’un soupçon de viol sur une résidente en septembre 2020 ont poussé la direction à lancer une campagne d’éviction des agents syndiqués et de leurs soutiens. Aujourd’hui, huit agentes portent plainte pour harcèlement et discrimination syndicale.

2022-12-Ducis-ehpad-syndicat-sud-toulouse
Le bâtiment administratif de l’Ehpad Pierre Ducis, à Toulouse. / Crédit photo Caroline Carissoni

Elles sont aujourd’hui en arrêt maladie, ont été suspendues, mutées ou remerciées. Le point commun de ces agentes de l’Ehpad municipal toulousain Pierre-Ducis ? Avoir dénoncé une gestion défaillante et toxique de la part de leur direction. Elles sont aussi syndiquées ou proches de SUD CT, le seul syndicat représenté dans l’établissement. Depuis fin 2020, les vexations, pressions horaires, chantage à l’emploi se sont multipliés à leur encontre. Huit d’entre elles ont décidé de porter plainte en ce mois de décembre pour harcèlement au travail et discrimination syndicale.

Selon les témoignages recueillis par Mediacités, la situation s’est détériorée à partir de 2019, avec l'arrivée d'une nouvelle directrice, Maria Fatima Zyla, puis le recrutement d’un nouveau cadre de santé en juin 2020, Laurent Dubos. Les plaignantes les accusent d'avoir mis en place un management autoritaire et vexatoire encourageant la division du personnel et empêchant toute critique. De son côté, la direction estime qu’une poignée d’agents et leurs représentants syndicaux pratiquent une opposition systématique et nuisent au bon fonctionnement de l’établissement.

Le conflit a atteint son paroxysme en septembre 2020, quand Fatiah*, une résidente est victime d’une suspicion de viol après une errance liée à sa maladie (lire notre article). Florence*, secrétaire à l’accueil et déléguée syndicale SUD CT, et une autre représentante du personnel posent alors une question qui dérange : la situation impose-t-elle de signaler l’incident au procureur de la République, sur la base de l’article 40 du Code pénal ? 

L’article 40 stipule : « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Caroline Carissoni