Monsieur le Préfet du Nord,

Le « 5 étoiles » a été expulsé il y a deux jours, le 4 juin, jour de l’Aïd El-Fitr. Vous savez bien que le mal nommé « 5 étoiles » n’est pas un hôtel de luxe mais le logement de fortune d’un grand nombre d’exilés, environ 200, dont beaucoup de mineurs isolés scolarisés pour certains dans des collèges et lycées de la métropole.

Le « 5 étoiles » , qui avait ouvert en octobre 2017, était également devenu un point d’ancrage, permettant l’intervention de nombreuses associations et bénévoles. De fil en aiguille, ces centaines de mètres carrés de hangars froids et inhospitaliers étaient devenus un lieu de partage et d’entraide, symbole de l’union des plus malheureux en lutte contre leur propre misère.

Il avait fallu se battre, devant les juges, pour obtenir des délais, de l’eau courante, des toilettes, le minimum vital. Tout avait été difficile mais tout avait été tenté, requête après requête, pour obtenir des conditions d’hygiène minimales et le droit de rester un peu plus longtemps dans les lieux, faute de meilleure solution.

Migrants : au coeur du « 5 étoiles », squat lillois de la honte

Les combats ont été durs mais nous en avions gagnés certains. Le juge judiciaire avait donné un délai qui expirait à la fin de la trêve hivernale. Le juge administratif avait ordonné que soit organisé un accès à l’hygiène, et qu’un diagnostic social soit réalisé. Le délai expiré, les habitants avaient demandé sa prorogation en saisissant le Juge de l’exécution, ce qui est expressément prévu par les textes.

Une audience avait eu lieu le 9 mai. C’était une audience digne, parce que les très nombreux requérants étaient venus écouter, dans un silence profond, ce qu’il se disait entre robes noires de ces hangars en lutte contre le désespoir et qui constituent l’unique endroit au monde où ils peuvent se dire chez eux.

Monsieur le Préfet, vous saviez très bien que le juge avait fixé son délibéré au 6 juin. Nous l’attendions tous avec impatience. Vous saviez également que le 4 juin marquait la fin du ramadan, et que ce jour était pour de nombreux habitants du lieu un jour de fête, un rare moment de joie et de partage, juste avant le délibéré du Juge de l’exécution. Et vous avez choisi ce jour là pour réaliser l’expulsion. Cette décision est aussi inexplicable qu’intolérable.

Cette expulsion intolérable démontre un rare mépris pour l’institution judiciaire et le travail des juges

Vous n’êtes pas sans ignorer que le Juge de l’exécution du TGI de Lille a accordé, par décision du 6 juin 2019, un délai de trois ans aux habitants du « 5 étoiles » pour quitter les lieux. Sans attendre cette décision, vous avez préféré expulser deux jours plus tôt, en catimini, au petit matin, à la surprise et à la stupéfaction générale, 200 personnes vulnérables et encore endormies qui attendaient le 6 juin pour se voir fixées sur leur sort.

Vous les avez secouées, poussées dans des bus, sans leur donner le temps d’un au-revoir aux amis et aux bénévoles, sans possibilité de rassembler leurs uniques possessions, restées dans les lieux et dont on ne sait ce que vous en ferez, et sans même les informer de leur destination. Et tout ceci sous les yeux des quelques journalistes que vous avez honteusement autorisés à entrer dans les lieux en même temps que la police, pour filmer cette misère, que le droit protège pourtant au titre du respect dû à la vie privée.

Squat 5 étoiles (suite) : l’angoisse croissante de l’expulsion

Vous avez ainsi piégé des dizaines de proies faciles puisque, nous l’apprenions par la suite, cette expulsion soudaine vous permettait de remplir pas moins de trois centres de rétention, où nos clients attendent un éloignement qui se rapproche d’heure en heure.

Nous nous souviendrons longtemps de la dignité de nos clients, lors de l’audience du Juge de l’exécution, le 9 mai dernier. Ils étaient venus en nombre demander justice. Ils étaient entrés en silence dans la salle d’audience, s’étaient assis, attentifs à tout, marquant un respect évident pour l’institution judiciaire qui les a écoutés.

Cette dignité et ce respect vous ont manifestement fait défaut, ce 4 juin 2019. En ordonnant une expulsion 2 jours avant un délibéré portant précisément sur cette question, vous, représentant de l’État dans le Département, avez bafoué le principe de l’effectivité du recours en justice.

Cette expulsion intolérable démontre un rare mépris pour l’institution judiciaire et le travail des juges, ainsi qu’une profonde indifférence pour nos clients qui ont eu l’illusion de croire en l’effectivité de cette justice.

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, connectez-vous à pals.mediacites.fr

Point final.

Réagir à l'article

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici