Les confessions de Marie-Christine Blandin, « souris verte chez les éléphants roses »

Élue présidente du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais en 1992, à 39 ans, l’écologiste Marie-Christine Blandin publie un récit dans lequel elle lève le voile sur un improbable mandat jalonné d’obstacles et de coups bas. Pour Mediacités, elle se livre sans fard sur son ancien parti, EELV, Karima Delli ou encore Xavier Bertrand.

thumbnail_00_920330_23 92 28 Election Presidence Region C3 _ 10x15cm – copie
Le 31 mars 1992, à 3 heures du matin, Maurice Schumann proclame une femme écologiste inconnue, Marie-Christine Blandin, présidente de la région Nord-Pas-de-Calais. Photo : Jean-Luc Cornu

Son accession à la présidence d’une région de quatre millions d’habitants, le Nord-Pas-de-Calais, aura surpris toute la classe politique, de gauche comme de droite. C’était, en 1992, le tout premier mandat de cette enseignante et militante écologiste, sur une terre socialiste où les relations avec les caciques du PS n’auront jamais été faciles. Une histoire que Marie-Christine Blandin, sénatrice écologiste du Nord de 2001 à 2017, retrace dans un ouvrage très personnel, La Restitution (Editions La Nage de l’Ours, 448 pages, 23 €).

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 12 minutes

Par Clémence de Blasi