« Pour les adolescents, l’obésité est une maladie sociale »

Docteure en sociologie, Charlène Letoux s’est intéressée aux adolescents en obésité dans le Nord et le Pas-de-Calais. Elle décrit, dans sa thèse soutenue en janvier 2021, les inégalités, la stigmatisation et les conséquences sur les premiers concernés.

Photo_article_Charlene_P1111261-ConvertImage
Pendant cinq ans, la chercheuse lilloise Charlène Letoux a rencontré professionnels, adolescents en obésité et parents. Photo CL

Pourriez-vous nous expliquer comment vous avez travaillé sur votre sujet de thèse, intitulée « Trajectoires d’adolescents en obésité dans le Nord et le Pas-de-Calais comme reflets du processus des inégalités et de la stigmatisation » ?

Charlène Letoux : J’ai travaillé pendant cinq ans sur les adolescents (en collège et lycée, entre 12 et 18 ans) en obésité, dans le Nord et le Pas-de-Calais, qui étaient inscrits dans un programme d’éducation thérapeutique du patient (ETP) J’ai cherché à observer les mécanismes de stigmatisation et d’inégalités sociales au sein de leurs parcours. L’analyse s’est faite à plusieurs niveaux : j’ai interrogé 30 à 40 professionnels de ces différents programmes d’ETP (assistantes sociales, nutritionnistes, éducateurs médico-sportifs, psychologues, infirmières et médecins), une vingtaine d’adolescents et leurs parents (les mères, à 95%), et analysé les politiques publiques liées à l’alimentation et à l’obésité, surtout celles du Nord - Pas-de-Calais [la région est devenue Hauts-de-France depuis, mais la chercheuse a travaillé sur le Nord et le Pas-de-Calais].

Il s’agit du territoire le plus touché par l’obésité en France, donc il y a des programmes spécifiques dédiés à l’obésité, mis en place par l’ARS. J’ai fait aussi une centaine d’heures d’observation dans des programmes d’ETP, et donc rencontré d’autres adolescents. J’ai assisté aux ateliers avec les infirmières, diététiciennes, psychologues et éducateurs médico-sportifs et aux consultations individuelles au début, pendant et à la fin de la prise en charge.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Marie Tranchant