Marc-Philippe Daubresse : « J’ai été trahi par les miens »

Alors qu’il s’apprête à fêter ses trente années de vie parlementaire, le sénateur du Nord se livre sans fard à Mediacités : son échec aux municipales à Lille, ce qu’il pense d'Emmanuel Macron, Éric Zemmour, Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand, l’évolution des pratiques politiques ou les sujets oubliés de la présidentielle, tout y passe. Sans langue de bois.

QAG Sénat 2017-min
Marc-Philippe Daubresse fêtera fin mars ses 30 années de vie parlementaire. Photo DR.

C’est l’un des derniers dinosaures de la vie politique locale. Souvent décrié pour son goût du pouvoir, de l’argent et des petites phrases assassines, Marc-Philippe Daubresse nous a accordé un entretien fleuve malgré des relations parfois tendues avec Mediacités. Fin mars, il fêtera ses 30 années de vie parlementaire (il a été élu député le 2 février 1992 à la suite du décès de Jacques Houssin père), un jubilé pour lequel il espère la présence de Gérard Larcher, Jean-Louis Borloo, Jean-Pierre Raffarin et de beaucoup d’autres. L’occasion toute trouvée pour dresser le bilan d’un parcours d’une longévité exceptionnelle que Marc-Philippe Daubresse n’entend pas arrêter de sitôt puisqu’il annonce à Mediacités sa candidature pour les sénatoriales de septembre 2023.               

À 68 ans, vous postulez pour un nouveau mandat sénatorial de six ans en 2023. N’êtes vous pas frappé par une certaine lassitude ? Notamment après la gifle reçue aux municipales à Lille en 2020, où vous n’avez recueilli que 8,24 % lors du premier tour ?

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 13 minutes

Par Clémence de Blasi