Comité de déontologie de la ville de Lyon : « un signal fort », mais de « sérieux doutes sur son efficacité »

Pour prévenir les conflits d’intérêts et inciter les conseillers municipaux à exercer leur mandat avec éthique, la majorité de Grégory Doucet a voté la création d’une instance dédiée à la déontologie et à la transparence des élus. Pour Mediacités, l’universitaire Aurore Granero, spécialiste de ces sujets, passe au crible l'initiative.

hotel de ville Lyon
L’hôtel de ville de Lyon. / © Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Mettre « l’éthique au cœur du politique », « diffuser une culture déontologique commune » parmi les élus et faire reculer « la défiance des citoyens » à l’égard de leurs représentants. En votant, le 30 septembre dernier, la création d’un Comité consultatif de déontologie et de transparence des élus de la ville de Lyon - appelez-le « CCDTE » - la majorité de l’écologiste Grégory Doucet lui a attribué de grandes missions. Mais l’instance aura-t-elle les moyens des ambitions affichées ? Mediacités a posé

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 9 minutes

Par Nicolas Barriquand