« Le pluralisme est le meilleur moyen de garder des lecteurs »

Le projet de mutualisation partielle des journaux du groupe Sipa - Ouest-France et les suppressions de postes qui l'accompagne inquiètent Antoine de Tarlé. Cet ancien haut responsable de Ouest-France exprime ses doutes sur un plan qui affecte le pluralisme de l'info locale.

Siège Ouest France
Le siège nantais du quotidien Ouest-France / Photo : Google street view

Mediacités : Alors qu'une grève touche les rédactions de plusieurs journaux du groupe, comme celles de Ouest-France et de Presse-Océan, l’intersyndicale évoque un « projet dangereux qui piétine les engagements historiques de pluralisme et de qualité de l’information d’Ouest-France ». Ce projet est-il vraiment dangereux ?

Antoine de Tarlé : En tout cas, c’est un pari risqué ! En fermant une grande partie des rédactions locales d’Ouest-France dans le Maine-et-Loire et la Sarthe et en mutualisant l’information locale et départementale entre Ouest-France et les Journaux de Loire (Courrier de l’Ouest, Maine libre), il serait étonnant que les lecteurs ne soient ni surpris, ni déçus. Je crains le détournement des lecteurs d’Ouest-France lorsqu’ils s’apercevront que leur information locale vient du journal concurrent. 

Concurrent, certes, mais appartenant au même groupe… 
Oui, mais les rédactions ont toujours eu un fonctionnement séparé. L’expérience prouve que lorsqu’il y a fusion de titres, il y a . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Jacques Trentesaux