Mediacités : Alors qu'une grève touche les rédactions de plusieurs journaux du groupe, comme celles de Ouest-France et de Presse-Océan, l’intersyndicale évoque un « projet dangereux qui piétine les engagements historiques de pluralisme et de qualité de l’information d’Ouest-France ». Ce projet est-il vraiment dangereux ?

Antoine de Tarlé : En tout cas, c’est un pari risqué ! En fermant une grande partie des rédactions locales d’Ouest-France dans le Maine-et-Loire et la Sarthe et en mutualisant l’information locale et départementale entre Ouest-France et les Journaux de Loire (Courrier de l’Ouest, Maine libre), il serait étonnant que les lecteurs ne soient ni surpris, ni déçus. Je crains le détournement des lecteurs d’Ouest-France lorsqu’ils s’apercevront que leur information locale vient du journal concurrent. 

Concurrent, certes, mais appartenant au même groupe… 
Oui, mais les rédactions ont toujours eu un fonctionnement séparé. L’expérience prouve que lorsqu’il y a fusion de titres, il y a . . .

Il vous reste 45% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !