#AprèsLeConfinement – « Il serait catastrophique de construire la ville de demain autour d’un virus »

Créateur du Wattignies Social Club, plateforme nantaise « d’innovation autour de la fabrique urbaine », l'anthropologue Stéphane Juguet invite d’ores et déjà à penser la ville d’après confinement. Une ville qui ne doit surtout pas tomber dans l'hygiénisme à tout crin, mais apprendre à se déployer ou à se rétracter quand nécessaire. Plus qu'une transition, une métamorphose.

IdN4
Le Wattignies Social Club, sur l’île de Nantes. / Photo : Nicolas Guillon.

Anthropologue et ancien chercheur au Laboratoire des Usages et des Technologies d’Informations Numériques (LUTIN‐UserLab) des Universités Paris 8 et Paris 6, Stéphane Juguet mène depuis plusieurs années des réflexions prospectives sur les usages, la mobilité (évènementielle, touristique, quotidienne…), les pratiques urbaines et les objets communicants. Il dirige la société What Time Is I.T., qui anime sur l’île de Nantes le Wattignies Social Club. Il intervient également sur la Zac Gare des Mines à Paris, à Ivry Confluences et à Roubaix, tout en organisant des débats publics . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Nicolas Guillon