Ancien maire (PS) de Caen, ancien député et ancien président du conseil régional de Basse-Normandie, Philippe Duron est un spécialiste du transport. En 2013, il présidait la commission « Mobilité 21 » nommée par le gouvernement Ayrault pour hiérarchiser les grands projets d’investissement en matière d’infrastructures de transport. Dans son rapport, elle remettait notamment en cause la place prise par les projet de TGV en France et recommandait de concentrer plutôt les efforts sur l’entretien et l’amélioration du réseau ferré existant. Il préside désormais TDIE (Transport Développement Intermodalité Environnement), une association de réflexion (un think-tank, diraient les anglophones) rassemblant professionnels et acteurs publics « pour faciliter une réflexion collective sur les questions de financement, de planification, et d’évaluation des politiques de transport et de mobilité ». Des politiques qui font partie des principales compétences des conseils régionaux mais sont curieusement absentes de la campagne électorale actuelle. Nous lui avons demandé pourquoi.

Mediacités : Les questions de l’organisation et du financement des transports sont relativement absentes de la campagne malgré leur importance…

Philippe Duron : Cela s’explique. La campagne est un peu particulière. Le contexte politique rend très difficile son organisation et il est tout aussi complexe de mobiliser l’attention des électrices et des électeurs. En outre, la présidentielle qui s’approche à tendance à préempter le débat régional. C’est particulièrement vrai dans les Hauts-de-France ou en Provence-Alpes-Côte d'Azur [Paca], mais ça l’est également dans les autres régions. Ajoutez à cela la recomposition politique en cours, qui oblige les candidats à trouver des . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.
Voir ma déclaration d’intérêts